CH085

Fonds Studio B.J. Hébert, photographe

1883 - 1986
1 m de documents textuels. - 100 000 documents photographiques. - 1 170 objets.

Notice Biographique

Bénoni-Joseph Hébert est né à Saint-Jean-sur-Richelieu, le 30 mars 1884. Il est le fils de Joseph Hébert, contremaître à la Canadian Potery, et de Rosalie Labonté. Après des études chez les Frères des Écoles Chrétiennes de 1895 à 1902, Bénoni-Joseph est à l'emploi de Joseph-Laurent Pinsonnault, membre d'une famille bien connue de photographes dont l'un des studios est situé à Saint-Jean. Le jeune Hébert met son talent de calligraphie à exécution en ornant les montages photographiques puis il s'occupe du développement et de la prise de photographies. En 1904, il se retrouve au Studio Pinsonnault de Sherbrooke. Il gère le commerce pendant que son patron produit des cartes postales dans une partie de la province. Au retour de ce dernier, il perd son emploi et cherche une solution de rechange. Il s'installe alors à Saint-Hyacinthe où sept photographes exercent déjà. En septembre 1905, il fait l'acquisition du Studio Archambault, situé sur la rue Des Cascades. En peu de temps, il atteint la notoriété et devient le photographe attitré du clergé maskoutain, des écoles et de la municipalité. Il est surtout spécialisé dans le portrait individuel ou collectif. En 1912, toutes les photographies d'une publication sur Saint-Hyacinthe proviennent du Studio B.J. Hébert. En 1915, il se porte acquéreur de l'édifice situé à l'angle sud-ouest de la rue Des Cascades et de l'avenue Sainte-Anne. À l'époque, il fait l'acquisition du matériel d'éclairage électrique pour le studio. Bénoni-Joseph a épousé en 1909, à Saint-Jean-sur-Richelieu, Éva Mercier. Le couple aura dix enfants dont Jeanne qui colore au pochoir d'admirables portraits et Jean son successeur. Bénoni-Joseph est décédé en février 1957.
Jean Hébert est né le 15 décembre 1906, à Saint-Hyacinthe. Enfant, il fréquente l'école Raymond et un peu l'Académie Girouard. Dès 1921, il prend ses premiers portraits et se familiarise avec le métier. Il fait aussi ses premiers essais de photographies extérieures. Durant la Crise économique de 1929 à 1938, la concurrence s'éclipse et le Studio B.J. Hébert reste le seul commerce du genre à Saint-Hyacinthe. Le Studio Hébert ferme ses portes en 1986. Jean Hébert a épousé en 1950, Cécile Martel, à la Cathédrale de Saint-Hyacinthe. Il est décédé le 2 janvier 2001, âgé de 94 ans, ses funérailles ont eu lieu à la paroisse Sacré-Coeur de Saint-Hyacinthe.

Portée et contenu

Le fonds comprend des négatifs sur verre concernant le Séminaire de Saint-Hyacinthe, des photographies et négatifs de membres du clergé, de la Philharmonique, des victimes du collège Sacré-Coeur de Saint-Hyacinthe en 1938, du collège des Frères du Sacré-Coeur à Granby, du clergé du diocèse de Mont-Laurier en 1938 et des annuaires du diocèse de Saint-Hyacinthe de 1950 à 1977.

Le fonds comprend la collection de photographies soit 80 000 négatifs de 1897 à 1986, dont plusieurs centaines de négatifs sur verre ; 20 000 épreuves noir et blanc de tout format, notamment les fameuses photographies panoramiques réalisées avec la Cirkut Camera. Le fonds compte également quelques 1 170 objets, en outre : 8 caméras professionnelles, 9 caméras d'amateur, 14 accessoires d'éclairage, le mobilier destiné à la prise de photographie, des éléments de décor, des accessoires de chambres noires, de retouche, les toges de finissants, plus d'un millier de numéros de revues américaines, canadiennes et européennes traitant de photographie, des guides d'utilisation, des documents promotionnels et des catalogues.

Le fonds Studio B.J. Hébert demeure à ce jour le plus ancien fonds photographique de la région à avoir été conservé. Il est un exemple pour l'histoire de la photographie au Québec surtout qu'il ne comprend pas uniquement la collection photographique mais également les objets ethnographiques.


Source du titre composé propre

Le titre est au nom du créateur du fonds.

Source immédiate d'acquisition

Un premier lot du fonds a été acquis de M. Jean Hébert, en janvier 1986 (-0,03 m de documents textuels. - 355 documents photographiques). Une série de 3 000 clichés (photographies et plaques de verre) ont été prêtés au Centre d'archives du Séminaire de Saint-Hyacinthe, par le Musée des arts et traditions populaires de Trois-Rivières, de septembre 1997 à août 2004.
Le 24 août 2004, une convention de donation a été signée entre M. Bernard Hébert et le Centre d'histoire pour l'ensemble des clichés et des objets du fonds B.J. Hébert.

Instrument de recherche

Un répertoire d'une partie du fonds, soit les plaques de verre de format 16,6 cm x 12 cm, se trouve dans la base de données. Les répertoires relatifs aux autres formats des plaques de verre sont disponibles pour la consultation. Ces répertoires ont été réalisés en 2006, 2007 et 2008.

Sources complémentaires

Le fonds B.J. Hébert complète les fonds plus récents acquis par le Centre d'histoire, soit les fonds des Studio Lumière, Studio Candide Charpentier, Brodeur & Poitras et Réjean Fontaine.

Bibliographie

Notice préparée pour l'exposition « 80 ans de photographies maskoutaines : le Studio B.-J. Hébert (1905-1986) », par Gilles Guertin, de la Corporation patriomoniale Trait d'union. - Saint-Hyacinthe : la Corporation, 1998, 3 p.

Notes

Les photographies grand format sont déposées sur les classeurs dans la remise du 1er étage.