CH099

Fonds de la Station météorologique du Séminaire de Saint-Hyacinthe

1935 - 1979
0,7 m de documents textuels. - 14 documents cartographiques. - 15 objets.

Histoire administrative

Vers 1892, l'abbé Charles-Philippe Choquette, professeur de sciences, ouvre un premier bureau de météorologie au Séminaire de Saint-Hyacinthe, relié au bureau central de Toronto. Cette station est composée d'une girouette et d'un anémomètre reliés à un enregistreur pour connaître la direction et la vitesse du vent, d'un baromètre enregistreur traçant la courbe des variations atmosphériques, de thermomètres minima et maxima, d'un hydromètre et d'un pluviomètre. Cette station est en activité de 1893 à 1898, par la suite Mgr Choquette poursuit les opérations pour son propre plaisir. En 1934, l'abbé François-Xavier Côté, un autre professeur de sciences, prend la relève avec des instruments fournis par le Bureau de météorologie du ministère des Richesses naturelles de Québec qui reconnaît officiellement la station météorologique du Séminaire. Deux fois par jour, à 8:00 et 18:00 heures, l'observateur recueille tous les renseignements selon le phénomène observé: orage, coup de vent, tornade, arc-en-ciel, pluie, neige, verglas, grésil, brume, brouillard, montée de la sève, éclatement des bourgeons, etc. Chaque lundi, ces renseignements sont envoyés au ministère des Ressources naturelles (section météorologie), aux journaux Le Courrier et Le Clairon de Saint-Hyacinthe. Chaque mois, un rapport plus détaillé indique les températures minimales et maximales du mois, la quantité de précipitation tombée durant le mois et tout autre phénomène intéressant. Chaque année, un inspecteur du gouvernement vient vérifier l'état des instruments et faire les ajustements nécessaires. En l'absence de l'abbé Côté, c'est le portier du Séminaire qui fait la lecture des instruments (Léo Saint-Laurent à partir de 1948). En 1955, à la suite du décès de l'abbé Côté, l'abbé Georges-Albert Lanciault devient le responsable de la station, toujours assisté de M. Saint-Laurent. En 1966, Léo Saint-Laurent devient l'observateur en titre, il quitte ce poste en 1979 à cause de problèmes de santé ce qui met fin aux opérations de la station météorologique du Séminaire.

Portée et contenu

Le fonds contient des registres d'observations météorologiques, des documents se rapportant à la météorologie et différents objets ayant servi de 1934 à 1979.

Source du titre composé propre

Le nom du fonds correspond à la station météorologique.

Source immédiate d'acquisition

Le fonds qui appartient aux archives du Séminaire a été constitué en avril 1992 à l'aide des documents cédés par Léo Saint-Laurent. Les objets ont été versés en mars 1996.

Instrument de recherche

Un répertoire numérique simple a été réalisé par Gilles Guertin en mai 1992.