Odilon Desmarais
1890-1892

Odilon DesmaraisLors de l’élection provinciale du 17 juin 1890, le premier ministre Honoré Mercier, jusqu’alors député libéral de Saint-Hyacinthe, décide de se présenter dans Bonaventure et de laisser le comté entre les mains de son ami et collègue, Odilon Desmarais. Ce dernier affronte un adversaire de taille en la personne d’Édouard Mallette, un jeune avocat prometteur et plein de fougue, qui se présente pour les conservateurs. Desmarais remporte l’élection avec une avance de 315 voix.

Vie personnelle

Odilon Desmarais est né à Joliette le 26 février 1854. Il est le fils de Jean-Baptiste Desmarais, bailli et d’Émérentienne Beauchamps. Il complète ses études classiques au Collège de Joliette puis il étudie le droit à l’université McGill. Il fait sa cléricature à Montréal dans le bureau de sir Alexandre Lacoste, futur juge-en-chef de la Cour d’appel. Le 11 juillet 1876, il est admis au Barreau et s’installe à Saint-Hyacinthe où il s’associe avec Honoré Mercier, dont il partage les idées politiques. Tribun redoutable, parlant avec ardeur, il plait à Mercier qui n’hésite jamais à lui confier un débat contradictoire, activité dans laquelle il excelle. Le 23 mai 1877, il épouse à Trois-Rivières, Marie-Louise-Herminie Gélinas avec laquelle il aura trois enfants. Criminaliste reconnu pour l’excellence de son travail, il sera procureur du district de Montréal.

Vie politique

Sur le plan politique, il s’intéresse d’abord aux affaires municipales. Il sera conseiller de la ville de Saint-Hyacinthe de 1888 à 1890. Puis en 1890, il devient le troisième député du comté. En 1891, éclate le scandale de la Baie-des-Chaleurs, qui place les libéraux dans une mauvaise posture. Le lieutenant-gouverneur démet le premier ministre Mercier de ses fonctions en décembre et une élection a lieu le 8 mars 1892. Cette fois, le parfum de corruption n’aidant pas, plusieurs comtés libéraux changent d’allégeance, dont Saint-Hyacinthe. Le conservateur Antoine-Paul Cartier l’emporte sur Desmarais par 49 voix seulement. C’est la première fois depuis la Confédération qu’un conservateur devient député de notre comté.

Toujours intéressé par la politique, Odilon Desmarais sera député libéral fédéral de la circonscription de Montréal-Saint-Jacques entre 1896 et 1901. Il démissionne lorsqu’il est nommé juge dans le district de Trois-Rivières où il s’installe avec sa famille. Il meurt subitement d’une syncope alors qu’il se promène dans son jardin le 18 mai 1904. Il avait cinquante ans.

Visionnez la capsule concernant les députés Odilon Desmarais et Antoine-Paul Cartier, animée par l'archiviste Anne-Sophie Robert.

À suivre le 15 décembre prochain.

Photo:
Odilon Desmarais, tiré du livre « Saint-Hyacinthe: des vies, des siècles », Jean-Noël Dion et al., 1984, Chapitre 1480, des femmes Moose de Saint-Hyacinthe.

Le Centre d'histoire remercie Madame Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe à l'Assemblée nationale, pour sa participation à ce projet.

<<Capsule 4                                                 Antoine-Paul Cartier>>