Un don important de l'Orchestre Philharmonique

La semaine dernière nous avons reçu un important don d'archives et d'objets provenant de l'Orchestre Philharmonique de Saint-Hyacinthe. Ce don fait suite à plusieurs autres qui ont été versés au fil du temps par les responsables de cet organisme comme en témoigne le texte un peu plus bas.

En plus de 66 cm de documents textuels, nous avons reçu plus de 1000 photographies, des documents filmiques et sonores ainsi que des uniformes de musiciens. 

Nous sommes donc très fiers d'ajouter ce don au fonds d'archives déjà existant qui porte le numéro CH358 et qui est identifié sous le nom de Société Philharmonique de Saint-Hyacinthe.

Un peu d'histoire
La Société Philharmonique de Saint-Hyacinthe est fondée par Eusèbe Brodeur, Alphonse Boivin, Joseph Hamel, Jules Saint-Germain et Camille Lussier, le 25 novembre 1879, jour de la Sainte-Catherine. En 1880, des instruments neufs arrivent de France et la Philharmonique fait sa première sortie publique à l'occasion de la Fête-Dieu. Elle est incorporée comme organisme à but non lucratif en 1888. Logée dans les locaux de la manufacture d'orgues d'Eusèbe Brodeur en 1879, la Philharmonique suit ce dernier lorsqu'il déménage son industrie dans l'ancienne cathédrale (aujourd'hui stationnement de l'Hôtel-Dieu). En 1884, elle emménage dans de nouveaux locaux à l'angle des rues Saint-Denis et Girouard. De 1891 à 1898, la Philharmonique loge au 1641 de la rue des Cascades. En 1905, ses locaux se trouvent au sous-sol du Grand Hôtel. De 1910 à 1966, la Société Philharmonique a ses locaux dans l'édifice M.-O. David coin Cascades et Mondor. L'incendie du 12 septembre 1966 détruit tous les biens de la Société. De 1975 à 1979, elle loge au second étage du Marché-centre pour finalement se situer sur la rue Désaulniers. 

Merci à l'Orchestre Philharmonique de Saint-Hyacinthe, une institution plus que centenaire dont les digireants sont sensibles à l'importance de préserver notre patrimoine maskoutain. 


Le fonds de la Société Philharmonique de Saint-Hyacinthe porte sur les origines et les activités de cet ensemble musical. Il témoigne aussi de la popularité des fanfares à une certaine époque.

Le fonds se compose de règlements et statuts, extraits de procès-verbaux, rapports d'activités, documents financiers, correspondance, journaux, coupures de presse, livre d'or, documents relatifs aux membres, programmes de festival et de concerts, menus, listes de pièces, partitions et paroles de chansons, enregistrements, discours et photos.

Le fonds est divisé en six séries :
001 Administration
002 Finances
003 Communications
004 Membres
005 Concerts et autres activités musicales
006 Photographies

Source du titre composé propre
Le titre est basé sur le nom de l'organisme créateur du fonds.

Source immédiate d'acquisition
Ce fonds, qui appartient au Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, a été acquis de M. Ludger Saint-Amand en août 1975, avec des ajouts subséquents en 1997 et le 8 juin 1998 par M. Ludger Saint-Amand, le 11 novembre 2003 par M. Jean Despins, en 2004 et 2008 par Gilles St-Amand, le 7 juillet 2004 par Jacques Charpentier, de Sainte-Foy et en septembre 2005 par Jacques-Yvan Morin.

Des ajouts ont fonds ont été acquis en 2011, 2012 et 2015, 2016 et 2021.

Bibliographie
«La Philharmonique de Saint-Hyacinthe 1879-1979 / Les membres de la Société Philarmonique», Saint-Hyacinthe, La Philharmonique, 1979, 96 pages.

Photo:
La Société Philharmonique au Parc Laframboise en 1954.
Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, Fonds CH358.