Le 1550 Dessaulles

Par Paul Foisy

À Saint-Hyacinthe, le premier Palais de Justice est situé face à l’avenue Concorde, « à une centaine de pieds, en retrait de la rue Girouard ». Ce terrain est aujourd’hui la propriété du Canadien National. Ce bâtiment, érigé en 1835, sera rasé par les flammes en août 1859. 

Le second Palais de Justice est inauguré, sur le site actuel, rue Dessaulles, en 1861. À l’époque, la Cour Supérieure y siège de façon régulière durant neuf jours pendant les mois de février, juin et octobre. Le premier greffier de « La Cour de Circuit » est l’avocat L.O. Létourneau de Montréal.

Tout comme le premier Palais de Justice, cet édifice abrite aussi la prison du district judiciaire de Saint-Hyacinthe. Son mur d’enceinte est élevé par Joseph Barbeau. On y appliquait parfois des punitions corporelles et ce lieu fut même le théâtre de deux pendaisons.

La première exécution eût lieu publiquement et se déroula curieusement le premier juillet 1867, date d’entrée en vigueur de la Confédération canadienne. Un deuxième prisonnier, Ray Courtland, monta sur l’échafaud le 17 octobre 1930.

La massive construction de type militaire britannique est un colosse aux pieds d’argile; cent ans après sa construction, les murs se fissurent, l’édifice devient instable et une nouvelle construction s’avère nécessaire.

Ainsi, le Palais de Justice actuel est ouvert en 1963 et il est inauguré le 14 février 1965. Au bout de l’allée centrale, bordée de fleurs, deux sculptures symbolisent la Justice et la famille. Ces œuvres sont créées par deux Maskoutains; messieurs Jean-Pierre Boivin et Gérard Cordeau. Quant à l’édifice, son architecture préfigure la tendance à la mode du milieu des années 1960.

Aujourd’hui, le Palais de Justice est le siège de la Cour Supérieure du Québec et de la Chambre civile, de la Chambre criminelle et pénale et de la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec.

Photo:
Plus bas, vue latérale du Palais de Justice actuel en 1973.
Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe.