La piscine Laurier

Le 25 août 2017, la Ville de Saint-Hyacinthe annonçait que la piscine Laurier sera rénovée et aménagée en plage urbaine. Ces travaux d'aménagement totalisant un investissement de 1,2 million de dollars débuterons dès l'automne. « L'aménagement de la plage urbaine rendra la piscine Laurier encore plus attrayante, fonctionnelle et sécuritaire. Cette transformation de ce lieu historique s'inscrit parfaitement dans notre Politique citoyenne et répondra aux nouvelles normes d'accessibilité universelle », à mentionné le maire Claude Corbeil lors du dévoilement du projet.

Puisque le maire Corbeil nous tend la perche en parlant de cette piscine comme étant un lieu historique, nous avons cru bon de vous rappeler le contexte dans lequel la Ville de Saint-Hyacinthe a fait construire cette piscine à la fin des années 1920. 

Laissons la parole au maire T.-D. Bouchard qui est l'initiateur du projet: « Je profitais de toutes les occasions qui m’étaient offertes pour exécuter mon programme d’embellissement de la ville, d’améliorations au point de vue de la santé publique et de récréations gratuites pour les masses populaires. » Cette citation, tirée du tome trois des mémoires de Bouchard, nous apporte un certain éclairage sur les motivations du politicien. 

Un projet qui ne fait pas l'unanimité
Au cours de l’année 1929, la construction de la piscine municipale cause un certain émoi dans la petite ville maskoutaine. À cette époque, les adversaires de Bouchard se disent en désaccord avec cette vision d’une ville moderne permettant à ses citoyens de bénéficier d’infrastructures de loisirs. 

L’affaire de la piscine débute à l’été 1922 alors que plus de trois cents citoyens signent une requête en faveur de la construction d’un bain public. Des motifs d’hygiène, de santé et de sécurité publique constituent les principaux éléments de la requête.

Quelques années plus tard, l’équipe Bouchard met en branle son programme d’embellissement. En 1926, le citoyen Bouchard vend le Rond Laframboise à la ville pour le compte de la Société d’Agriculture. Le Conseil municipal décide d’aménager un parc dans la pinède située au sud de l’hippodrome. À la fin de l’été 1929, on débute la construction de la piscine municipale, tout juste à côté de la pinède nouvellement transformée. Il ne s’agit pas là d’un petit bassin de natation, mais bien d’une immense piscine ronde contenant plus de 425 000 gallons d’eau ! 

En 1930, la piscine n’est pas encore terminée et son achèvement devient un enjeu lors de la campagne électorale municipale. Harry Bernard, du journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe, réclame du sang nouveau à l’hôtel de ville, jugeant ces dépenses exagérées. Dénonçant le fait que « M. Bouchard ne s’oublie jamais », Bernard attaque son ennemi sur le développement du quartier Bourg-Joli dans l’édition du 4 juillet 1930: « M. Bouchard a fait faire des rues, et entre autres artères le magnifique boulevard Laframboise. Seulement, le boulevard Laframboise est dans le Bourg-Joli, et les trois-quarts environ des terrains du Bourg-Joli, appartiennent à un syndicat dont M. Bouchard paraît être le gros morceau. […] M. Bouchard a construit la piscine de natation, mais dans le Bourg-Joli. […] M. Bouchard, dans l’administration municipale, sait ordonner les choses pour qu’elles ne nuisent pas à ses intérêts personnels.» 

Le docteur Louis-Henri Pagé, adversaire de Bouchard à la mairie, dénonce également les coûts exorbitants de la piscine et promet de la remplir de terre aussitôt élu. Selon Guy Mongrain, un des auteurs de Saint-Hyacinthe 1748-1998, « Pagé l’emporte de justesse, mais la majorité des conseillers du clan Bouchard sont élus. Le lendemain de l’élection, Pagé inaugure la piscine municipale tant décriée. » Quelques semaines plus tard, le Conseil municipal vote un montant de 8 500.00$ afin d’achever les travaux du pavillon et du terrain de la piscine !

Maintenant dotée d’une piscine, une des plus grandes au Canada, la ville de Saint-Hyacinthe affiche des airs de modernité.

L'action annoncée par la Ville de Saint-Hyacinthe en août 2017 est en parfaite continuité avec le projet initial et qui plus est, cet investissement permettra de conserver et d'améliorer ce lieu chargé d'histoire!

Photo: 
Des baigneurs à la piscine Laurier au cours des années 1950. Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH548.

Paul Foisy, septembre 2017.