Notes d’histoire de Saint-Hyacinthe (10)

Par Luc Cordeau
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 2 mai 2007.

Métairie Sainte-Élisabeth
Le Mérite Agricole, 1941 : «Les Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe : Métairie Sainte-Élisabeth, 2795, rue Bourdages, Saint-Hyacinthe. – La Métairie Sainte-Élisabeth est une ferme laitière et avicole de 115 arpents, située à l’entrée de la ville, sur la route de Saint-Thomas d’Aquin. Les religieuses de Saint-Joseph, sous la direction de Sœur Saint-Urbain, l’exploitent personnellement avec l’aide de deux employés. Les champs longent la rue Bourdages d’un côté, la voie ferrée de l’autre côté. Ces champs permettent la récolte du grain, du foin, de l’avoine, du maïs à ensilage, en plus du pâturage et des jardins pour la communauté. Sur une terre louée, on fait la culture de pommes de terre. La Métairie a un bon troupeau laitier, 30 bêtes Ayrshire. Le grand poulailler peut loger 500 poules, mais lors de notre visite à la fin du mois de juillet, le grand poulailler était dépeuplé. Il n’y a que 150 poules, certaines épidémies ayant obligé les religieuses, en 1939 et 1940, à réduire et même à abandonner temporairement leur production avicole.


Outre le poulailler, la Métairie possède deux belles granges, raccordées à angle droit, qui abritent les récoltes et le cheptel, un silo, une bonne laiterie munie d’un réfrigérateur électrique, des éleveuses et poussinières, et une grande remise à machines. C’est l’employé sénior de la ferme, monsieur Robert Fontaine, jeune homme très actif et habile qui a construit le poulailler, les éleveuses, la remise à fumier et la laiterie. L’autre employé, est un jeune monsieur Chabot, frère d’un agronome.

L’installation de la vacherie est des plus modernes, et les conditions hygiéniques y sont satisfaisantes. La Métairie a aussi de grands jardins, un petit verger et un petit rucher, où s’occupent quelques religieuses, qui ont là leur modeste habitation. Comme principal déboucé de ses produits, la Métairie a des maisons de la Communauté dans Saint-Hyacinthe même. Le chiffre des recettes, en 1940, est de $5,958.29». 

Barrière rue Bourdages
«Se conformant au jugement de la Commission des chemins de fer, la compagnie du Grand-Tronc et la cité de Saint-Hyacinthe viennent de faire installer une barrière double à la traverse de la rue Bourdages, avec observation et gardien régulier depuis 6h30 du matin jusqu’à 7 heures du soir. Cette traverse de la voie du Grand-Tronc est très fréquentée, étant l’un de nos principaux chemins d’entrée dans la cité» (Le Courrier, 2 juillet 1910).

Photographe St-Jean
«Monsieur J.A. St-Jean, artiste-photographe a décidé d’aller s’établir à Saint-Jean pour occuper la position d’agent d’assurance» (journal L’Union, jeudi 13 janvier 1910).

La Guignolée, 1910
«La quête annuelle de la guignolée, sous les auspices de la Société Philharmonique, au profit des pauvres, aura lieu cette année, dans le cours de la soirée de ce jour. Comme les années dernières les membres de cette société avec voitures, chantres et quêteurs parcouront les divers quartiers de la ville en faisant entendre les gais refrains de la guignolée. Les voitures et les personnes qui feront la quête partiront des salles de la Société Philharmonique à 7 heures et demi» (journal L’Union, Saint-Hyacinthe, jeudi, 30 décembre 1910).

Restauration d’immeubles
«Travaux. - Il se fait actuellement des travaux considérables pour restaurer la maison M.O. David, rue Cascades, incendiée dernièrement [le 26 décembre 1909]. Le propriétaire veut en faire une des plus belles places d’affaires de Saint-Hyacinthe. Elle aura quatre étages, au lieu de deux étages et demi. Ce travail a été confié à L.P. Morin & Fils. Remise à neuf. - On est à remettre à neuf, la bâtisse appartenant à monsieur Louis Marin, coin Cascades et Sainte-Anne, laquelle a été visité par un incendie, il y a quelques semaines. L’atelier du photographe, le restaurant du bas, ainsi que le bureau de J.-N. Simard, agent Singer Mfg Co., ne se reconnaîtront plus, dans leur toilette fraîche» (L’Union, 20 janvier 1910). 

Maison Huette
«Dans le but de procurer à ses clients tout ce dont ils peuvent avoir besoin en fait de matériaux ou de travaux dans les métiers de la plomberie et de la ferblanterie, la Maison Joseph Huette vient d’ajouter à son établissement un département de plomberie, posage de tuyaux et d’appareils de chauffage à eau chaude, chauffage à la vapeur, ect…sous la direction de Maîtres plombiers de la plus haute compétence. – Comme par le passé, cette maison se charge de toute espèce de travaux en couverture de métal, gravois et en ferblanterie. - Toujours en stock : Matériaux de construction, ferronneries et quincailleries générales, peintures de première qualité, outils de menuisiers, batteries de cuisines, poêles, fournaises, agrès de fromagerie, etc. [de nos jours le 412, rue Saint-Simon], Place du Marché, Saint-Hyacinthe» (L’Union, jeudi 30 décembre 1910).

Photo: 
La Métairie Sainte-Élisabeth.
Source: Le Mérite Agricole, 1941.

Notes d'histoire de Saint-Hyacinthe (9)
Notes d'histoire de Saint-Hyacinthe (11)