Familles maskoutaines (28)
Les Flibotte

Par Daniel Girouard
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 1er octobre 2020.

Les Flibotte
En 28e position du palmarès des familles maskoutaines, les Flibotte se retrouvent au 1 800e rang des noms de famille du Québec.

Le premier en Nouvelle-France porte le nom de Charles Fribault, né en 1644 à Saint-Lambert-du-Lattay, près d’Angers en France. En 1670, il épouse en première noce, à Sainte-Famille de l’île d’Orléans, une fille du Roy nommée Anne Geoffroy. En 1673, il épouse en secondes noces Marguerite Rousselot. De ce mariage sont issus tous les Flibotte d’Amérique. On trouve le nom sous : Flibot, Filibot, Philibot, Philibotte.

À Saint-Hyacinthe, c’est le 17 octobre 1778 que ce nom apparaît au registre de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire. On y baptise Jean-Baptiste, fils d’un laboureur du nom de Thomas Filibot et de Marie-Geneviève Côté. L’enfant est âgé de trente jours.

Pierre-Antoine Flibotte
Né à Saint-Pie en 1870, il est le fils de Xiste Philibotte, cultivateur, et de Rosalie Normandin. En 1890, il épouse Maria Girard en l’église Notre-Dame-du-Rosaire. Le couple a eu onze enfants, nés entre 1892 et 1915. Pierre-Antoine Flibotte était « facteur » (postier) et a été maire du village de La Providence de 1925 à 1928. Il est décédé en 1934, à l’âge de 64 ans.

Gilles Flibotte Sports
Né à Saint-Hyacinthe en 1923, il est le fils d’Ovila Flibotte, barbier, et d’Alice Deragon. En 1947, il épouse en l’église Notre-Dame-du-Rosaire, Louise Fortin. En 1951, ils ouvrent une épicerie au coin des rues Saint-Pierre (aujourd’hui Nichols) et Larocque. Quatre ans plus tard, ils ajoutent des articles de chasse et de pêche au commerce. En 1960, ils ouvrent une boutique, juste à côté, rue Nichols, où l’on vend aussi des bateaux de pêche et de plaisance. En 1962, ils agrandissent pour vendre des motoneiges. En 1970, nouvel agrandissement afin d’offrir également des articles de hockey, de baseball et de plein air. Avec le déclin, la motoneige cède sa place à la bicyclette. En 1983, Gilles Flibotte prend sa retraite et passe le flambeau à sa fille Andrée et son époux André Robert. Le commerce ferme ses portes en 2015. Gilles Flibotte est décédé en 2013, à l’âge de 90 ans.

Quelques autres Flibotte
En mars 1925, Le Courrier de Saint-Hyacinthe mentionne les funérailles de Victor Flibotte, 29 ans, fils d’Arthur Flibotte et d’Yvonne Marsan, décédé le 21. Il laisse une sœur et deux frères, dont l’un est Eugène Flibotte, propriétaire de l’Hôtel du Grand-Tronc, près de la gare.

Gaston Flibotte, fils d’Antonio Flibotte et d’Alberta Girouard, est né à Saint-Hyacinthe en 1926. En 1946, il épouse Pauline Desnoyers à Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville. Gaston a été tisserand à la Penman’s, restaurateur et épicier, deux commerces ayant eu pignon sur la rue Saint-Pierre à La Providence. Le couple a eu trois enfants. Madame Flibotte a également travaillé au bureau de poste, ainsi que ses fils Michel et Richard. Gaston Flibotte est décédé en décembre 2011, à l’âge de 84 ans et 11 mois et Pauline en 2018, à 90 ans.

Rolland Flibotte est né à Saint-Hyacinthe en 1910, du mariage d’Omer Flibotte et de Laura Giard. En 1935, il épouse Cécile Tanguay. Ils font partie des nombreux musiciens maskoutains qui ont fait les beaux jours des  « grills » de la région, comme la salle Chez Wilfrid, la salle Chez Jacques, etc. Lui au violon et elle à la guitare hawaïenne, l’harmonica ou l’accordéon, leur fils Pierre s’est joint à eux à la batterie et au saxophone tandis que leur fille Madeleine prenait place au clavier. Cécile est décédée en 1972, Rolland en 1979. 

Photo :
Famille Flibotte (de gauche à droite) Assis : Antonio, Pierre-Antoine, Maria Girard, Graziella. Debout : Donat, Rosario, Léo, Ovila et Thérèse. Collection monsieur Richard Flibotte.

Cet article est le 28e d'une longue série.

<< Article 27 Les Hébert                   Article 29 Les Ledoux (à venir)