Familles maskoutaines (22)
Les Bernier

Par Daniel Girouard
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 30 janvier 2020.

Les Bernier
En 22e position de nos familles maskoutaines, les Bernier occupent la 40e place au rang des 1 000 premiers noms de famille au Québec.

Jacques Bernier, fils d’Yves Bernier et de Michelle Trevillet est né à Saint-Germain-l’Auxerrois, à Paris, le 16 novembre 1633. Il a 18 ans lorsqu’il arrive au Canada le 13 octobre 1651. Aristocrate et érudit, il se hausse au-dessus de la classe moyenne. Le 23 juillet 1656, il épouse Antoinette Grenier, au palais du gouverneur de Québec. Onze enfants naissent de cette union. Jacques est décédé au Cap-Saint-Ignace le 20 juillet 1713, à l’âge de 80 ans.

Le premier Bernier à convoler en justes noces à Saint-Hyacinthe est également originaire du Cap-Saint-Ignace. Alexandre Bernier, fils de Jean-Baptiste Bernier et de Geneviève Labrie, épouse Marie-Claire Langelier, le 23 octobre 1797 en l’église Notre-Dame-du-Rosaire. Le couple a trois filles, dont deux décèdent en bas âge. Quant à Marie-Claire, elle est décédée en 1801, à l’âge de 27 ans. Alexandre se remarie en 1803 à Marie-Thérèse Mousset de qui il a dix enfants.

L’Honorable Michel-Esdras Bernier
Né à Saint-Hyacinthe le 27 septembre 1841, il est le fils d’Étienne Bernier et de Julie Lussier. Après ses études au Séminaire de Saint-Hyacinthe il est admis à la pratique du notariat le 15 juin 1867. Le 27 novembre 1865, il épouse à la Cathédrale de Saint-Hyacinthe, Alida Marchessault, fille de feu Siméon Marchessault et de Judith Morin. Ce monsieur Marchessault est l’un des chefs de la rébellion de 1837 et a été exilé aux Bermudes.

Pendant plusieurs années monsieur Bernier est président de la Société d’Agriculture de Saint-Hyacinthe. Il est également secrétaire-trésorier du Conseil de comté de Saint-Hyacinthe et commissaire d’écoles de la paroisse de Saint-Hyacinthe. Il est directeur de la « Saint-Hyacinthe Manufacturing Company ». Il est élu député au fédéral en 1882, puis réélu en 1887, 1891, 1896 et 1900. Il fait partie du cabinet de Sir Wilfrid Laurier et est nommé ministre du Revenu de l’Intérieur. En janvier 1904, il démissionne ayant été nommé membre de la Commission des chemins de fer.

L’Honorable Michel-Esdras Bernier est décédé à sa résidence de la rue Girouard ouest le 29 juillet 1921, suite à une longue maladie. La rue Bernier, située dans le quartier Sacré-Cœur, a été nommée en son honneur.

Jacques Bernier
Né à Saint-Hyacinthe le 14 octobre 1943, il est le fils de Maurice Bernier, chiropraticien, et de Fernande L’Abbé, secrétaire. Jacques Bernier demeure l’un des poètes maskoutains les plus importants de la génération 1970. Après ses études primaires à l’école Saint-Charles-Garnier, dans le quartier La Providence, il entreprend son cours classique au Séminaire de Saint-Hyacinthe, puis suit pendant un an et demi des cours de philosophie à l’Université de Montréal.

Âgé de vingt ans, en 1963, il débute dans l’écriture et s’intéresse à la musique, à la photographie, au théâtre. En 1966, il poursuit des études à l’Institut des hautes études cinématographiques de Paris. Il collabore à la réalisation de trois films et ses photographies sont publiées dans « La Voix de l’Est» et « Le Clairon ». Il a écrit « Luminescences » et « Vaines-Veinules » aux Éditions du Jour en 1971 et « Réminiscence » en 1973.

Il est décédé à Saint-Hyacinthe le 23 juillet 1978, à l’âge de 34 ans, des suites du diabète. Pour lui rendre hommage, une sculpture de Claude Millette a été installée au parc Casimir-Dessaulles à Saint-Hyacinthe en juin 1979. Le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe possède un fonds à son nom qui comprend des manuscrits de poèmes, romans et autres œuvres littéraires de ce jeune auteur québécois.

Photo:
L'artiste Jacques Bernier. Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe CH118 Jacques Bernier

Cet article est le 22e d'une longue série.

<< Article 21 Les Archambault                 Article 23 Les Ménard >>

À suivre : Les Ménard