Mme Marie-Laure Pion

Dans le but de vous faire connaître certaines personnalités maskoutaines qui ont joué un rôle important au cours des années 1960, le Centre d'histoire vous présente cette série d'articles transcrits d'un cahier spécial publié par le journal Le Clairon Saint-Hyacinthe à cette époque.


Mme Marie-Laure Pion 

Présidente de la Fédération des SSJB

Cette semaine, nous avons choisi de vous présenter Mme Marie-Laure Pion, nouvelle présidente générale des Sociétés Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Saint-Hyacinthe à titre de "Personnalité de la semaine".  C'est la première fois de toute l'histoire des Sociétés Saint-Jean-Baptiste qu'une femme accède à un tel poste et il est heureux que l'évènement se soit produit dans la ville maskoutaine.

Née à Saint-Hyacinthe, Mme Pion y a fréquenté l’Académie Notre-Dame de Lorette pour ses études primaires. Plus tard, elle obtint un brevet supérieur d'enseignement à I ‘École normale Marie-Rivier de notre ville. Optant pour la carrière médicale plutôt que pour l'enseignement, elle s'inscrivit à l'école d'infirmières de l'Hôpital général. Peu après, elle se spécialisa en hygiène publique à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal. Devenue infirmière visiteuse pour le service de l'Unité sanitaire du Ministère de la Santé à Saint-Hyacinthe, elle passa au poste d'éducatrice hygiéniste. 

En 1955, elle se maria à M. J.-A. Pion, alors secrétaire de la municipalité de Saint-Césaire dans le comté de Rouville. Son entrée à la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse maskoutain remonte à 1957 alors qu'elle fit partie de la section féminine de sa municipalité d'adoption. Par la suite, elle entra au comité féminin diocésain pour plutôt représenter ses consœurs à l'échelle provinciale.

Au 21e congrès de la SSJB diocésaine cette année, Mme Marie-Laure Pion devenait la première femme à accéder à la présidence de l'organisme où elle remplaça le docteur Roger N. Giroux.
La nouvelle présidente entend bien faire œuvre de renouveau dans l'organisme important qu'elle dirige. Elle veut entres autre bien inculquer que la Fédération des SSJB constitue pour les Canadiens-français un véritable mouvement d'éducation nationale.

Mme Pion désire aussi apporter son appui à la grande collecte du Prêt d'Honneur qui aura lieu cette année le 14 novembre.

Source du l'image et du texte:
Journal Le Clairon Saint-Hyacinthe, 13 avril 1967, p. 77.