Euclide-Henri Richer
1898-1902

Euclide-Henri Richer 1848-1934

Maire de la ville de Saint-Hyacinthe de 1898 à 1902

Né à Saint-Césaire de Rouville, le 30 juin 1848, il est le fils d’Alexis Richer, gardien de la bibliothèque de l’Institut canadien de Saint-Hyacinthe, et de Lucie-Dari Goddu dont le père, Toussaint Goddu, patriote de 1837, avait été exilé aux Bermudes.

Il étudia au Collège de Saint-Hyacinthe jusqu’en rhétorique, pour ensuite aller servir à Rome pendant deux ans, dans le régiment des zouaves de Pie IX, celui-ci se trouvant menacé par les troupes de Garibaldi. Une cinquantaine de jeunes recrues de la région, répondant à l’appel de monseigneur Ignace Bourget, partirent à la défense du pontife entre les années 1867 et 1869. Parmi ce nombre, trente-cinq étaient des élèves du Séminaire de Saint-Hyacinthe.

En 1870, Euclide-Henri Richer revint dans sa famille, sain et sauf. Tout indique qu’il entra à la librairie Beauchemin de Montréal. On y faisait aussi de la reliure et de l’édition. Pendant un certain temps, on lui avait confié la section de la météorologie dans l’Almanach du Peuple

Puis en 1872, il revint à Saint-Hyacinthe et fonda la librairie Richer. Peu de temps après, dans la terrible conflagration de 1876 qui détruisit une partie de la ville, il essuyait un premier revers, car son établissement ainsi que son logis furent la proie des flammes. Découragé, le jeune Richer retournait voir son ancien patron, Jean-Baptiste Rolland, propriétaire d’une papeterie pour qui il avait travaillé avant son départ pour l’Europe. Celui-ci lui conseilla de revenir à Saint-Hyacinthe et de rouvrir sa librairie. Ce qu’il fit, avec succès.

Pendant la reconstruction du district commercial, il partagea un local au coin des rues Mondor et William (Calixa-Lavallée) avec l’épicier Pagnuelo. Une rangée de barils de mélasse et de pétrole servait de séparation entre l’épicerie et la librairie. De là, le commerce s’installa au coin des rues Des Cascades et Saint-François, futur site de la Banque Provinciale du Canada. En 1886, déménagement au coin des rues Des Cascades et Saint-Simon, là où sera logée la succursale de la Banque Canadienne Nationale. En 1900, nouveau déménagement sur la rue Des Cascades, futur site du magasin Adrien Chenette Ltée. En 1914, Euclide-Henri Richer s’adjoignit comme associés ses deux fils Jules et Paul, sous la raison sociale E.H. Richer et Fils Enrg. et se porta acquéreur de l’édifice actuel au coin des rues Cascades et Mondor. Les nouveaux propriétaires firent de nombreux voyages en France et en Belgique aux fins d’importation.

Après la mort du fondateur, le 15 janvier 1934, c’est son fils Paul (1884-1948) qui assuma la direction, car Jules (1874-1932) était décédé deux ans plus tôt. La librairie portait encore le nom de E.H. Richer & Fils Enrg. Ce n’est qu’en 1961, qu’il fut changé en celui de Librairie Richer Ltée. Plus tard, le commerce est fusionné à la Librairie Solis. Il est intéressant à noter que la Librairie Richer a été le premier client au Canada de la Maison Mame, en France.

En plus d’être le fondateur de cette entreprise, Euclide-Henri Richer avait été sacré chevalier de l’Ordre de Pie IX par le Pape Léon XIII, le 14 janvier 1896. Monsieur Richer était officier des Palmes Académiques de France. Il avait été échevin de la ville de 1888 à 1898, et maire, de 1898 à 1902. Sous son administration, en 1900, en tant que maire, il avait fait installer deux filtres à l’aqueduc lors d’un projet de filtration et d’épuration de l’eau de la rivière Yamaska.

Le 26 novembre 1873, monsieur Richer avait épousé Stéphanie Dubord, née au village de Champlain. Ils eurent cinq enfants, dont quatre garçons.

Photo :
Collection Centre d'histoire  de Saint-Hyacinthe, CH478