Assez d'alcool pour boire tout son soûl

Il y a 100 ans, durant la semaine du 23 juillet 1921.
La rubrique des nouvelles locales du Courrier, datée du 23 juillet 1921, nous informe d’une étonnante enquête liée à de la contrebande d’alcool qui a eu lieu dans Saint-Hyacinthe et ses environs. Le coupable : un certain Hector Lapierre qui subit les poursuites en justice de la nouvelle Commission des liqueurs. Créé, il y a à peine cinq mois, le 25 février 1921, cet ancêtre de la Société des alcools du Québec a un mandat novateur pour l’époque : obtenir le monopole de vente d’alcool au Québec (1).

C’est dans cet objectif de contrôle qu’elle attaque en justice cet homme qui a été, tenez-vous bien, reconnu coupable d’être en possession de 68 caisses de liqueurs fortes, qu’il dissimulait dans ses ballots de foin. L’astuce est ensuite simple, l’homme livrait les ballots à ses clients un peu partout à Saint-Hyacinthe (2). Évidemment, ceux-ci, une fois interrogés, ont déclaré qu’ils ont été tout aussi surpris que les autorités de découvrir que leur foin recelait en fait des caisses d’alcool !

Notes
(1) Yannick Cormier, « La police des liqueurs : 1921-1961 », Les cahiers d’histoire, vol. 3, no 1, mai 2013, p.3.
(2) « Commission des liqueurs Vs Hector Lapierre », Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 23 juillet 1921. p.5. Consulté le 19 mai 2021, < https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2589726 >.


Document iconographique
Un permis d'acheter des alcools et spiritueux émis par la Commission des Liqueurs de Québec au nom de Conrad Bourque (1943-1944). Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH277 Fonds Thérèse Huot. 

Jimy Pelletier, historien, juillet 2021