THÉÂTRE / LE THÉÂTRE DE LA DAME DE COEUR

Plus grand que nature

Le Théâtre de la Dame de Coeur fait ses débuts en 1975, dans un bâtiment à l'entrée d'un camping, à Roxton Falls. La troupe présente alors trois pièces : un Molière, un spectacle pour enfant et une création. « Nous cherchions notre public », affirme Richard Blackburn, co-fondateur. Plus tard, obligés de laisser la salle aux campeurs, le TDC se retrouve sous une tente prêtée par la Régie des installations olympiques. À la fin de l'été, un vent s'empare de la tente et la démolit. Obligés de déménager, Richard Blackburn et sa troupe se retrouvent donc à Upton, au Domaine de la Dame de Coeur alors abandonné. Après de nombreuses rénovations et modifications, le TDC peut désormais s'adonner à la création originale qui le caractérise.

Cette initiative engendre un centre de recherche, de création, de production et de diffusion, sans parler de la formation spécialisé en scénographie surdimensionnée et des différents médiums utilisés, telle la marionnettique. À partir d'une dramaturgie symbolique et allégorique, la compagnie se spécialise dans la production de spectacles à grand déploiement. Elle innove et réinvente les spectacles mettant en scène des marionnettes géantes.

La salle de spectacle est abritée par un toit innovateur qui permet des interventions aériennes, des techniques de cirque ainsi que des jeux de lumière. Les sièges pivotants offrent une vue sur 360° et sont munis de bretelles chauffantes pour le bien-être des spectateurs. De plus, conjuguant sa recherche théâtrale à des lieux de diffusion autant intérieurs qu'extérieurs, le TDC développe une forme de représentation unique en son genre. Une expertise en formation pour initier tous les professionnels à ses techniques de manipulation s'ajoute à ce curriculum. Un programme en médecine sportive est également mis sur pied afin de permettre aux manipulateurs de marionnettes d'atteindre un niveau supérieur de performance physique et artistique.

L'oeuvre du TDC

Les pièces présentées par le Théâtre de la Dame de Coeur s'adressent à un public familial.

Richard Blackburn, directeur artistique depuis la fondation de la compagnie, signe aussi certaines pièces qui combinent marionnettes, petites ou grandes, musique et des textes à thèmes tel la protection de l'environnement. En 1989, l'Association touristique régionale de la Montérégie (ARTM) lui décerne le prix de l'Innovation touristique. En 1988, deux spectacles tiennent l'affiche, L'Hymne à J. Nair, présentée dans l'enceinte extérieure et un collage de textes inédits de Marie Laberge.

En 1997, sous le regroupement de trois organismes nommé CHAPEAU, le TDC a un nouvel élan. Les projets externes sont nombreux : spectacles d'ouverture et de fermeture des Jeux du Québec, accueil de dix représentants de la célèbre compagnie Walt Disney pour son parc d'attraction en Floride, participation au congrès international de Jonquière ainsi qu'à un festival en France. De plus, la troupe prépare une tournée dans les églises du Québec pour le printemps 1998 et élabore un projet de fresque historique pour les Fêtes du 250e anniversaire de Saint-Hyacinthe.

 Les marionnettes de l'imaginaire


L'art de manipuler les marionnettes géantes en est un des plus complets car, en plus de maîtriser l'art de la scène, les comédiens doivent également posséder des qualités d'acrobate, d'équilibriste et de marionnettiste tout en étant à la fois sur scène et derrière les rideaux. De plus, le site naturel d'Upton est un lieu privilégié de formation, mais aussi d'inspiration.

La valeur du TDC et de ses artisans tient davantage sur leur talent, leur persévérance et leur goût d'aller toujours au-delà des limites de l'impossible.

 

ARCHIVES ET DOCUMENTS

Un dossier de presse sur le TDC peut être consulté aux Centre d'archives du Séminaire de Saint-Hyacinthe.