Liste thématique

CH188

Fonds Seigneurie Rosalie

1861 - 1940
0,3 m de documents textuels.

Histoire administrative

Même si la seigneurie de la rivière Yamaska dite seigneurie de Maska est concédée en 1748 et acquise en 1753 par Jacques Simon Delorme, elle connaît son premier élan de colonisation à partir de 1757 alors que le nouveau seigneur s'installe au Rapide Plat sur la rivière Yamaska. La seigneurie de Saint-Hyacinthe est l'une des plus grandes à avoir été concédée sous le régime français. En 1811, un premier partage de la seigneurie est effectué entre les Delorme et les Debartzch. Hyacinthe-Marie Delorme, fils de Jacques Simon, meurt en 1814. Il lègue sa part à Jean Dessaulles, son neveu, qui était devenu un conseiller dans ses transactions financières. Dessaulles épouse en premières noces, à Saint-Hyacinthe, le 7 janvier 1799, Marguerite Wadden. Le couple a deux enfants qui meurent à leur naissance. La mère décède pour sa part en 1801. Après un long veuvage, Jean Dessaulles épouse en secondes noces à Montréal, Rosalie Papineau, le 21 février 1816. Elle est la fille du notaire Joseph Papineau de Montréal, et soeur du tribun Louis-Joseph. Ils auront trois enfants : Louis-Antoine, Georges-Casimir et Rosalie.
La seigneurie de Saint-Hyacinthe est demeurée intacte, même après la mort de Jean Dessaulles. Sa veuve et ses enfants en ont la gestion jusqu'au 14 mai 1852 où un nouveau partage entre chacun des enfants est réalisé.
L'aîné, Louis-Antoine, reçoit toute la paroisse de Saint-Dominique, tout Sainte-Rosalie, Saint-Joseph d'Yamaska, le village de la Providence, les deux Saint-François, plus les allonges de Saint-Pie, soit toutes les terres sises sur la rive droite de l'Yamaska, depuis l'église de Saint-Pie jusqu'au Rapide Plat, c'est la seigneurie Dessaulles-Propre.
Georges-Casimir hérite d'une partie du village de Saint-Pie, des rangs nord et sud de la Montagne, d'une partie du village de Saint-Césaire, du village de l'Ange Gardien, des concessions nord de la rivière Yamaska et des Petites Allonges, du rang de la rivière, de la concession sud de la rivière Yamaska, des rangs de la Montagne, du sud de la Montagne, Saint-Charles, Saint-Joseph, Dwyer, Saint-Jacques, de la concession sud de la branche nord de la rivière Yamaska, du rang Sainte-Rosalie, des concessions nord-est et sud-ouest du rang Papineau, nord-est et sud-ouest du rang Sainte-Séraphine, nord-est et sud-ouest du Rang Saint-George, le rang du Triangle et la concession sud-ouest du rang Casimir. C'est la seigneurie dite Yamaska.
À Rosalie Dessaulles est léguée la concession Salvail, nord et sud, les rangs Sainte-Rose, Ruisseau Rouge, Point du Jour, nord et sud, Saint-André, le nord de la rivière Yamaska (en bas), Petit Rang, nord-est et sud ouest, le nord de la rivière Yamaska (de l'église Notre-Dame en montant), partie de la ville de Saint-Hyacinthe. C'est la seigneurie Rosalie.
Le 18 février 1846, Rosalie Dessaulles a épousé, à Saint-Hyacinthe, Maurice Laframboise, avocat de Montréal. Monsieur Laframboise fait aussi de la politique comme les Dessaulles, les Papineau et les Debartzch. Admis au barreau en 1843, il est élu député à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada pour le comté de Bagot de 1857 à 1867, puis à la Chambre provinciale pour le comté de Shefford de 1871 à 1878. Il est nommé juge de la Cour supérieure pour le district de Gaspé en 1879 et meurt subitement à Montréal, le 1er février 1882. Le couple Laframboise a eu treize enfants dont l'un d'eux, Jules Laframboise, s'est illustré à Saint-Hyacinthe alors qu'il était à la direction de l'usine d'orgues Casavant. Les Laframboise demeurent en leur magnifique manoir à Saint-Hyacinthe, auxquels les immeubles du Patro succédèrent, rue Girouard.
Peu de temps après la mort de son époux, soit le 8 août 1883, Rosalie Dessaulles-Laframboise vend la seigneurie Rosalie à son frère, Georges-Casimir Dessaulles. Ce dernier la vend le 10 septembre suivant, à la Corporation épiscopale du diocèse de Saint-Hyacinthe. Cette vente est faite pour le prix de 24,291.33$, représentant le capital des rentes constituées.
La Corporation épiscopale perçoit les rentes seigneuriales jusqu'en 1940, alors que la Loi concernant l'abolition des rentes seigneuriales est mise en vigueur.

Portée et contenu

Les documents de ce fonds sont importants pour l'histoire seigneuriale de la région maskoutaine. Le fonds comprend les cadastres abrégés des seigneuries de Ramezay et Rosalie, en 1861-1862, les livres de reçus de rentes de la seigneurie Rosalie de 1883 à 1938, correspondance adressée à la Corporation épiscopale catholique romaine du diocèse de Saint-Hyacinthe, propriétaire de la seigneurie Rosalie, concernant la Loi abolissant les rentes seigneuriales, listes des propriétaires de la seigneurie Rosalie, acte de partage de la seigneurie Dessaulles en 1852, par le notaire Papineau.

Source du titre composé propre

Le titre correspond au contenu du fonds.

Source immédiate d'acquisition

Le fonds a été prêté au Centre d'archives du Séminaire de Saint-Hyacinthe, par la chancellerie du diocèse de Saint-Hyacinthe, section archives, le 28 janvier 2000.

Instrument de recherche

Une liste des documents peut être consultée, 1 p.

Bibliographie

Histoire de Saint-Thomas d'Aquin, par Jean-Noël Dion et le comité des fêtes du centenaire, Sherbrooke, Louis Bilodeau, 1993.