Liste alphabétique

a

b

c

d

e

f

g

h

i

j

k

l

m

n

o

p

q

r

s

t

u

v

w

x

y

z

CH564

Matte Desrosiers, Anne-Marie

[197?] - 2010
0,009 m de documents textuels. - 4 documents iconographiques. - 18 objets.

Notice Biographique

Anne-Marie Matte est née le 13 mars 1907 à Saint-Basile de Portneuf, fille de Gédéon Matte et Éva Collette. Orpheline de mère à 9 ans, elle le sera à nouveau de sa belle-mère à 15 ans car Joséphine Genois, mariée à Gédéon en juin 1922, meurt en donnant naissance à un garçon en 1923. Ses études se déroulent au couvent de Saint-Raymond de Portneuf, puis au couvent Saint-Roch à Québec, chez les Dames de la Congrégation, où elle apprend le dessin à vue, le pastel et la peinture à l'huile. Elle commence sa carrière artistique tout simplement en transposant à la broderie des toiles d'artistes connus. Plus tard, les paysages de son village natal l'inspirent et elle créée des toiles brodées avec sa touche personnelle. Au cours des années 1930, elle se fait connaître grâce à sa participation à des expositions aux Arts féminins de Montréal, à la Canadian Handicrafts Guild, à l'Auberge du Faubourg de Saint-Jean-Port-Joli, grâce à la collaboration de Léonard Bourgault, et à une exposition importante tenue à l'Île Sainte-Hélène en juin 1939, où elle écoule plus d'une centaine de tableaux, dont certaines reproductions de toiles du peintre de l'Île d'Orléans, Horatio Walker, qui apprécie grandement sa production. Grâce à l'intérêt que lui porte l'honorable Cyrille Delage, qui a découvert ses œuvres à Québec en 1933, sa production se dirige graduellement vers les collections personnelles des ministres et Premiers Ministres québécois, des ambassades canadiennes et en Europe, où des dignitaires reçoivent une de ses œuvres en cadeau. Vers 1940, Anne-Marie Matte achète une bâtisse à Neuville et y installe son commerce. Elle n'y restera pas longtemps puisqu'en 1942, elle épouse J.-Dorilla Desrosiers, commerçant, et le couple s'installe à Saint-Hyacinthe, dans une vieille maison sur la rue Saint-Pierre, dans le secteur La Providence. Gédéon Matte, père d'Anne-Marie, vient les rejoindre et y finira ses jours, à la fin des années 1960. En 1951, une magnifique toile représentant la Porte des anciens maires de Saint-Hyacinthe est remise à la princesse Élisabeth d'Angleterre lors de sa visite maskoutaine. En 1952, elle reçoit une médaille honorifique du ministère de l'Industrie et du commerce et en 1967, le ministre Pierre Dupuy réquisitionne la plupart de ses toiles, pour les remettre aux ambassadeurs internationaux lors de l'Exposition universelle de Montréal. Elle décède à Montréal le 15 octobre 1977 et sa dépouille est transférée au cimetière de son village natal, à Saint-Basile de Portneuf. En 1992, la Ville de Saint-Hyacinthe achète le terrain boisé à côté de la maison de la rue Saint-Pierre et y créée un parc au nom d'Anne-Marie Matte-Desrosiers.

Portée et contenu

Ce fonds témoigne de la vie personnelle et professionnelle d'une artiste québécoise à l'œuvre relativement unique, soit des toiles "peintes" à l'aiguille. On retrouve un exemplaire de la biographie d'Anne-Marie Matte Desrosiers, écrite par Clothilde Genest de la Société d'histoire Saint-Basile de Portneuf, comprenant une vue d'ensemble de l'enfance de l'artiste, des extraits de son journal personnel, des reproductions d'articles de revues et de journaux, ainsi que plusieurs pages présentant des photographies en couleur des œuvres de l'artiste. Un autre dossier contient quelques reproductions de coupures de presse et de photographie témoignant de la carrière professionnelle de l'artiste, ainsi qu'un carton bilingue présentant l'artiste, dont le verso est dédicacé à Mme [?] Desmarais de Marieville. Les objets comprennent deux demi-douzaines d'écheveaux de coton à broderie de la compagnie Matania de France, bien enveloppées dans leur boîte d'origine, ainsi que deux écheveaux montés sur carton, ayant servi à une exposition dédiée à Anne-Marie Matte Desrosiers. Les quatre (4) documents iconographiques sont des œuvres d'Anne-Marie Matte Desrosiers, remises au Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe par les donateurs suivants : "La Justice", donnée par Raoul Gadbois en mars 2002, "L'Épreuve du vin", donnée par Laurent Corbeil en juin 2003 et "Le Raconteur", donnée par Grégoire Girard en août 2003. Dans le dernier cas, la toile "La 5e station", le don n'a pas été identifié.

"La Justice" : 39,5 x 34,5 sur cadre en bois de 56,0 x 50,0;
"L'Épreuve du vin" : 39,5 x 29,5 sur cadre en métal de 56,5 x 46,5;
"Le Raconteur" : 34,0 x 28,5 sur cadre en bois de 48,0 x 43,0;
"La 5e station" : 29,0 x 24,0 sur cadre en bois de 47,0 x 42,0.

Source du titre composé propre

Le titre correspond au sujet du fonds.

Source immédiate d'acquisition

Ces documents et objets ont été remis par Clothilde Genest, auteur de la biographie d'Anne-Marie Matte Desrosiers, au Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe le 21 décembre 2010. Trois des quatre œuvres ont été transférées du fonds Antonio Breton, car elles n'impliquent pas directement le créateur de ce fonds.

Instrument de recherche

Sources complémentaires

On peut également consulter les dossiers sur Anne-Marie Matte Desrosiers dans les fonds Jeanne D'Aigle (CH097) et Antonio Breton (CH383).

Bibliographie

GAUVREAU, Jean-Marie, Artisans du Québec, 80 illustrations en hors-texte, [Trois-Rivières], Les Éditions du Bien Public, 1940, 224 pages.
GENEST, Clothilde, Anne-Marie Matte-Desrosiers. La Dame à l'aiguille, Société d'histoire Saint-Basile de Portneuf inc., 2010, 145 pages.