Liste alphabétique

a

b

c

d

e

f

g

h

i

j

k

l

m

n

o

p

q

r

s

t

u

v

w

x

y

z

CH206

Fonds Le Clairon régional

1980 - 1996
1098 documents photographiques.

Histoire administrative

«Le Clairon» est le dernier né d'une lignée de journaux voués à répandre l'évangile libérale dans la région de Saint-Hyacinthe : à ce titre, «La Nation», 1871-1873, et «L'Union», 1873-1911, l'avaient précédé. De sa fondation à 1954, «Le Clairon» exprime les vues du franc-tireur Télesphore-Damien Bouchard, tour à tour journaliste, échevin de Saint-Hyacinthe, député de la Législature, ministre et sénateur. T.-D. Bouchard acquiert «L'Union» le 1er décembre 1903, journal rouge dont il est à l'emploi depuis deux ans. Le 2 janvier 1912, «L'Union» fait peau neuve et devient «Le Clairon». Ce dernier se veut le rassembleur des opposants aux conservateurs et aux cléricaux. En 1954, en pleine crise de la presse hebdomadaire, T.-D. Bouchard vend son organe à Jacques Lagacé, déjà propriétaire depuis 1952 du «Mascoutin». Lagacé fusionne les deux journaux pour former «Le Clairon-Mascoutin». En 1958, ce dernier reçoit le titre de meilleur hebdomadaire de l'année, honneur décerné par l'Association des hebdomadaires de Langue française du Canada. En 1960, des citoyens de Saint-Hyacinthe se portent acquéreurs du «Le Clairon-Mascoutin». Le journal redevient «Le Clairon de Saint-Hyacinthe». Devenu tabloïd en 1965, «Le Clairon» demeure engagé politiquement : l'information locale et régionale, de même que l'attachement au courant libéral demeurent des priorités. L'engagement politique du «Le Clairon» se poursuit jusqu'aux années 1970. Cependant, cet engagement politique avancé - «Le Clairon» lorgne du côté de l'indépendantisme - semble à l'origine de bien des difficultés financières. Pendant un mois, du 24 mars au 24 avril 1971, «Le Clairon» cesse de paraître. Le 24 avril, il reparaît, mais sous le nom de «Nouveau Clairon» et avec une administration déterminée à abandonner l'engagement politique. Vivant essentiellement de revenus publicitaires et distribué gratuitement, «Le Nouveau Clairon» cesse d'être un journal de combat pour devenir un véhicule publicitaire faisant surtout place à la nouvelle locale. Enfin, en 1996, les équipes du «Le Clairon de Saint-Hyacinthe» et du «Le Régional Maskoutain» sont regroupées et forment un nouveau journal : «Le Clairon régional».

Portée et contenu

Le fonds comprend les photographies d'événements, de personnalités et d'activités à caractère politique, économique, social et culturel, qui ont servi à la publication du journal «Le Clairon régional de Saint-Hyacinthe». Les épreuves sont de différents formats, n&b et couleur.

Source du titre composé propre

Le titre est au nom de l'organisme créateur du fonds.

Historique de la conservation

Les documents ont été remis au Centre d'archives du Séminaire de Saint-Hyacinthe par M. Roger Lafrance, journaliste, le 1er juin 2001.

Instrument de recherche

Sources complémentaires

On peut consulter la collection de photographies du journal «Le Courrier de Saint-Hyacinthe», BFG027.