Liste alphabétique

a

b

c

d

e

f

g

h

i

j

k

l

m

n

o

p

q

r

s

t

u

v

w

x

y

z

CH214

Fonds Brodeur & Poitras, photographes

1960 - 2002
310 343 documents photographiques.

Histoire administrative

Photo Réal Brodeur a ouvert ses portes en 1960, au 70 Marquette, à Sainte-Rosalie. Le studio est situé près du magasin de meubles Germain Larivière. En 1987, l'entreprise déménage au 2675 boulevard Laframboise à Saint-Hyacinthe, au coin Sainte-Anne et Laframboise, en face du vieil hôpital. Vendu à Gilles Poitras en 1990, Photo Réal Brodeur change de raison sociale pour devenir Brodeur & Poitras photographes. En 1992, le studio est déménagé au 163 rue Principale à Saint-Thomas-d'Aquin à la croisée du chemin de Saint-Barnabé et de la rue Principale. Le personnel est composé de plusieurs personnes. En plus des propriétaires Agnès Dufresne Brodeur et Réal Brodeur, une adjointe effectue de multiples t,ches : réceptionniste, vendeuse et secrétaire. Pendant la période des mariages, l'équipe des photographes augmente de beaucoup. Dans les années 1975 à 1980, en période de pointe, neuf photographes doivent répondre aux nombreux contrats, de plus, deux secrétaires travaillent à plein temps. Une personne s'occupe de l'entretien des studios intérieurs en plus d'aider au montage d'albums et un jardinier s'occupe du studio plein air. Depuis 1990, deux personnes travaillent à plein temps, le photographe et une secrétaire-vendeuse-réceptionniste. Dans les années 1970, à Sainte-Rosalie, la variété des studios était fort appréciée par la clientèle de mariés : studio plein air, victorien et même canadien. On pouvoit compter aussi sur place une salle de pose pour les effets spéciaux et les superpositions. La production aussi est variée, les gens se déplacent tant pour les mariages que pour prendre des photographies de famille, de couple et même des photographies d'enfant. Des photographies individuelles, de professionnels et dignitaires font la renommée du studio. Dans le domaine commercial, les photographes sont appelés à poser des produits ainsi que des b,tisses, ils photographient des édifices et des maisons de Saint-Hyacinthe, participent à des reportages, effectuent de la reproduction d'anciennes photographies. De 2000 à 2002 inclusivement, ils réalisent les mosaïque « Nos gens d'affaires ». Gilles Poitras, en plus d'être photographe, peut procéder à des retouches professionnelles. À l'été 2001, le studio Brodeur & Poitras change de technologie avec un nouvel outil de travail, la caméra numérique remplaçant la caméra Hasselblad, utilisant des négatif 21/4 x 21/4. Au début du studio les photographies de mariages se prennent en noir et blanc, les mariages sont célébrés surtout le matin à 10 h et 11 h. Pendant le dîner, Réal Brodeur effectue le développement du noir & blanc et des vendeuses du studio vendent les photographies aux invités de la noce.

Portée et contenu

Le Studio Brodeur & Poitras possède un rayonnement important puisqu'il retrace la vie sociale, économique, politique et culturelle du milieu entre 1960 et 2000. Ce fonds est un élément primordial pour imager l'histoire maskoutaine et régionale. Le fonds comprend des photographies et négatifs sous les séries suivantes :
1. Photographies d'individus, de famille, portraits : 6 199 enveloppes* (198 368 pièces)
2. Photographies de mariages : 2 666 enveloppes (85 312 pièces)
3. Photographies d'édifices, d'associations et d'événements de la région : 672 enveloppes
(13 660 pièces).
total de 9537 enveloppes (297 340 pièces).
* On compte 32 photographies ou négatifs par enveloppe.
Les formats varient du négatif n.b. de 35mm aux 21/4x21/4, 4x5, 5x7 ; du négatif couleur, surtout le 21/4x21/4 et des épreuves variant de 21/4x21/4 à 3x4, 4x5 et 5x7.
L'ajout de mai 2004 comprend :
- 1996-1999. = 12 525 documents photographiques (épreuves et négatifs).
Toutes les photographies (12,5 x 12, 5 cm) et négatifs (6 x 6 cm)sont en couleur.
Total de 5,01 ml.
Individus. = 8 150 documents photographiques ou 3,26 ml.
Mariages. = 2 275 documents photographiques ou 0,91 ml.
Groupes et mosaïques. = 2 100 documents photographiques ou 0,84 ml.

L'ajout du printemps 2009 comprend 192 photographies et 286 négatifs de différents lieux de Saint-Hyacinthe : arche de l'Espace Maskoutain, employés de Casavant Frères au travail, rue du Palais, rue Girouard, statue de Hyacinthe-Simon Delorme, évêché et Cathédrale, Centre de Recherche et de Développement sur les Aliments (CRDA), cimetière Notre-Dame, route de campagne, palais de justice, intersection Girouard et Calixa-Lavallée, monastère des sœurs Adoratrices du Précieux-Sang, station de police et pompiers, Cégep de Saint-Hyacinthe, terrasse Honoré-Mercier, pont Morison, monument aux vétérans des deux guerres mondiales, barrage, parc Dessaulles, kiosque Léon-Ringuet, Promenade Gérard-Côté, hôtel de ville, Marché, maraîchers au Marché, rue Saint-Denis, chapelle des Sœurs de Sainte-Marthe, maison mère des Sœurs de Sainte-Marthe, Maison Saint-Vincent-Ferrier (l'Alcôve), tombeau de Mgr L.-Z. Moreau, tombeau d'Élisabeth Bergeron, tableau de Mgr L.-Z. Moreau, cloche de la paroisse-mère, église et presbytère de Sainte-Rosalie, ITAA, École de médecine vétérinaire, statue d'Antoine Girouard, rue Cascades, fontaine du Marché, Porte des maires, terrasse Côté, rue Hôtel-de-Ville, aqueduc, Centre hospitalier Honoré-Mercier, Hôtel-Dieu, église Notre-Dame-du-Rosaire et monastère des Dominicains, Séminaire de Saint-Hyacinthe, Village québécois d'antan de Drummondville, patinoire sur la rivière, tableau d'Élisabeth Bergeron, intérieur de la Cathédrale, Centre culturel, tombeau d'Aurélie Caouette, usine Frig-O-Seal, usine Volcano, camions CIL, édifice d'Hydro-Québec, usine Catelli, usine Phentex, l'Armoirerie, l'Auberge Des Seigneurs (avant l'atrium). L'ajout comprend aussi un album Souvenir de la Ville de Saint-Hyacinthe réalisé par Réal Brodeur, maître photographe, regroupant les armoiries de la ville, et des explications sur celles-ci, et des photos de la Portes des maires, de l'hôtel de ville, du Marché-centre, de la terrasse Honoré-Mercier, de l'église Notre-Dame-du-Rosaire et de monastère des Dominicain, de la rue Girouard, du palais de justice, de l'avenue Hôtel-de-Ville, du Séminaire de Saint-Hyacinthe, du Centre hospitalier Honoré-Mercier, du Centre de Recherche et de Développement sur les Aliments (CRDA) et de la place du Marché.

Source du titre composé propre

Le titre est au nom du créateur du fonds.

Source immédiate d'acquisition

Le fonds, qui appartient au Centre d'archives du Séminaire de Saint-Hyacinthe, a été acquis des photographes Brodeur & Poitras le 27 novembre 2001. Un ajout a été remis au Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, le 30 mai 2004, par Brodeur et Poitras. Un versement de photographies et de négatifs de photos de Saint-Hyacinthe a été fait au printemps 2009 par Brodeur & Poitras.

Instrument de recherche

Un répertoire numérique du fonds a été réalisé par Mathieu Riopel, juin 2002.
Une liste des photographies de la série 3 - Événements et édifices - peut être consultée, incluse dans le répertoire numérique.