Liste alphabétique

a

b

c

d

e

f

g

h

i

j

k

l

m

n

o

p

q

r

s

t

u

v

w

x

y

z

CH114

Fonds La Bonne Chanson

1854 - 1996
21,48 m de documents textuels. - 20 documents photographiques. - 500 documents iconographiques. - 35 enregistrements sonores.

Histoire administrative

La Bonne Chanson est créée au Séminaire de Saint-Hyacinthe par l'abbé Charles-Émile Gadbois en 1937, influencé par l'exemple de Théodore Botrel en France. L'entreprise fondée peu après le Congrès de la langue française à Québec, désire promouvoir la chanson française comme véhicule de culture nationale. L'oeuvre de l'abbé Gadbois est d'avoir publié dix albums de 500 chansons françaises que tout le monde pouvait chanter en groupe, dans les écoles ou en famille. La Bonne Chanson a également préparé pour les plus jeunes la série « Madeleine et Pierre » à la radio et des adaptations aux différents programmes de solfège et de chant pour les écoles : « La Bonne Chanson à l'écoleÏ», un recueil de 50 chants religieux et profanes pour le temps de Noël, « Chants pour le temps des Fêtes » et enfin, un recueil des « Cent plus belles chansons ». Un recueil de « Vingt choeurs à voix égales » a connu un grand succès, tout comme les cahiers d'accompagnements de plusieurs chansons. En 1939, l'abbé Gadbois et RCA Victor lancent sur étiquette Bluebird les premiers d'une cinquantaine de disques consacrés à La Bonne Chanson dont les pièces sont interprétées notamment par François Brunet, Paul-Émile Corbeil, Marthe Létourneau, le Quatuor Alouette, David Rochette et Albert Viau. À la Société Radio-Canada et à CKAC, l'émission de radio «ÏLe quart d'heure de la Bonne Chanson » (1939-1952) contribue à la popularité de ce patrimoine remis à l'honneur. Les Amis de La Bonne Chanson, association fondée en 1942 et qui compte 12 000 adhérents en 1945, contribue à la diffusion des chansons publiées. La Bonne Chanson a publié «ÏCantiques choisis » en 1950, recueil de 400 chants religieux et le périodique « Musique et Musiciens » paru en 16 numéros de 1952 à 1954. En 1955, après des difficultés financières, l'abbé Gadbois cède les droits aux Frères de l'Instruction chrétienne de Laprairie qui adoptent le nom Les Entreprises Culturelles. Le clergé a largement contribué à répandre La Bonne Chanson et il s'agit d'une entreprise unique pour une maison d'éditions de partitions musicales de connaître un essor aussi fulgurant. Selon les chiffres, on aurait vendu plusieurs millions de pages de musique en feuille. Plus tard, l'éditeur scolaire Modulo et finalement Louise Courteau, éditrice, propriétaire depuis 1991, ont repris la publication des titres.

Portée et contenu

Le fonds comprend 4 165 partitions de tous genres soit : 1 606 partitions imprimées françaises, 586 partitions imprimées québécoises, 603 partitions manuscrites, 203 partitions qui ont servi à la publication et un grand nombre d'épreuves. De plus le fonds comprend 344 contrats avec les artistes, les compositeurs, les paroliers ou les maisons d'édition, 20 photographies d'interprètes et 496 croquis qui ont illustré les cahiers de La Bonne Chanson. Parmi les compositeurs québécois citons : Raymond Daveluy, Joseph Beaulieu, Conrad Letendre, Albert Larieu, Eugène Lapierre, Omer Létourneau, Michel Perrault, Roland Van de Goor, l'abbé Gadbois lui-même, Lionel Daunais, Gabriel Cusson, Germaine Dugas, Albert Viau, Henri Rhéaume.Quelques annonces sur les publications de La Bonne Chanson en 1965-1966 peuvent aussi être consultées. Avec ces documents, le chercheur sera en mesure de connaître le rayonnement que pouvait avoir l'entreprise par le lot de partitions reçues de même que par le nombre de compositeurs, de musiciens et de chanteurs impliqués. Un intérêt certain doit être reconnu au fonds dans ce qu'il peut révéler de la production musicale québécoise, canadienne et française du début du siècle à 1950. Deplus, le fonds comprend des enregistrements sonores, dont la reproduction de plusieurs disques de La Bonne Chanson publiés chez RCA Victor, étiquette Blue Bird, v. 1940.
Le fonds comprend les documents concernant le règlement par Mgr Jean-Charles Leclaire, vicaire général du diocèse de Saint-Hyacinthe, des difficultés financières de La Bonne Chanson, ïuvre de l'abbé Charles-Émile Gadbois : bilans financiers, correspondance, essais de vente, contrat de vente avec les Frères de l'Instruction Chrétienne de La Prairie, ententes avec les créanciers, historique du règlement, deux exemplaires annotés par Mgr Leclaire, de l'ouvrage de Manuel Maître, La vie d'un vrai patriote, abbé Charles-Émile Gadbois, un fervent croyant, un homme de son temps, un grand musicien, Montréal, Fondation Charles-Émile Gadbois, 1993, 151 p.
Le fonds est divisé en 5 séries : 1. Administration/Finances : Correspondance générale, Correspondance spécifique, Sondage, Comptabilité, Droits d'auteurs, Règlement de la faillite de La Bonne Chanson et sa réorganisation ; 2. Activités/Réalisations : Généralités, Disques et enregistrements, Édition et Impression, Revue Musique et Musiciens, Concours, Journaux, Expositions et Congrès ; 3. Partitions/ Publications :
Listes et index, partitions des onze albums de La Bonne Chanson, Cantiques, Chansonniers, Chante ta joie, Chantons, Chantons Noël, Chants chrétiens, Choeurs, Série des jeunes ; 4. Partitions/Collections : Partitions acquises ou reçues et qui ne font pas partie de La Bonne Chanson ; 5. Albums/Cahiers.
L'ajout de 2006 comprend deux CD: «La Bonne Chanson pour les enfants» (2006) et «La Bonne Chanson de Noël» (2005).

Source du titre composé propre

Le titre du fonds est basé sur le nom de l'entreprise.

Historique de la conservation

Le fonds qui appartient au Centre d'archives du Séminaire, a été acquis de la maison d'éditions Louise Courteau, éditrice, Saint-Zénon, en avril 1994. Un ajout, versé en 1997, comprend les trois enregistrements sonores, réalisés par Carmelle Bourgeoys pour l'exposition de l'été 1996 au Séminaire consacrée à La Bonne Chanson.
Un ajout au fonds a été remis à la Corporation épiscopale catholique romaine du diocèse de Saint-Hyacinthe (Archives de l'évêché), par Mgr Jean-Charles Leclaire, le 5 décembre 1993. À son tour, en janvier 2000, la Corporation épiscopale a prêté le fonds au Centre d'archives du Séminaire de Saint-Hyacinthe.
Raoul Gadbois, frère de l'abbé Gadbois a fait don de documents le 23 août 2000.
Des documents ont été acquis de l'abbé Gérard Beauregard en mars 2002.
Des documents ont été acquis des Soeurs de la Présentation de Marie le 9 février 2003.
Des documents ont été remis par la Procure du Séminaire, en septembre 2004 (- 1938-1951. - 8 cm de documents textuels).
Un ajout a été effectué en 2006. Un ajout a été fait le 13 février 2007 par M. Jean Despins.

Instrument de recherche

Un bref inventaire qui a servi à l'évaluation du fonds a été réalisé en 1994. Une liste des partitions des 550 chansons est disponible de même qu'une liste d'un certain nombre de partitions non publiées dans La Bonne Chanson, réalisées par Gilles Guertin et Édith Lemonde.
Un répertoire numérique simple a été réalisé pour le Fonds La Bonne Chanson, AFG117, par Luc Cordeau, février 2001, 29 p.

Sources complémentaires

Le Centre d'archives possède également le fonds de l'abbé Charles-Émile Gadbois AFG42, acquis de la succession en 1981. Les Archives Nationales du Canada à Ottawa détiennent des documents concernant La Bonne Chanson. Il s'agit de deux cahiers de coupures de presse et de lettres sur La Bonne Chanson.
Les Frères de l'Instruction chrétienne de La Prairie possèdent des documents concernant La Bonne Chanson. Les religieuses de La Présentation de Marie de Saint-Hyacinthe possèdent les croquis originaux de Sïur Sainte-Hortense.

Bibliographie

La Vie d'un vrai patriote : abbé Charles-Émile Gadbois / par Manuel Maître. - Montréal : Fondation Charles-Émile Gadbois, 1993, 151 p.
Les pionniers du disque folklorique québécois 1920-1950 / par Gabriel Labbé. - Montréal : L'Aurore, 1977, pp. 172-173. (Relevé discographique).
Encyclopédie de la musique au Canada / par Gilles Potvin. - Montréal : Fides, 1983, p. 99.
'La Bonne Chanson, profil idéologique', par Ruth Chamberland, mémoire présenté pour l'obtention de la maîtrise ès Arts, Université de Sherbrooke, mai 1988, VII, 234 p.