L'incendie de l'ancienne meunerie Guertin


L’incendie du 20 et 21 mars dernier, qui a ravagé l’ancienne meunerie Guertin de Saint-Pie, nous rappelle tristement les événements survenus au même endroit il y a plus de 75 ans. Dans la nuit du 20 au 21 octobre 1943, le feu consume la presque totalité du gros moulin à farine d’Antoine Guertin, en plus d’endommager le magasin du Syndicat Agricole de Saint-Pie. 

Nous pouvons lire dans l’édition du Clairon – publiée le lendemain de l’incident – qu’il « y avait des employés au travail dans le moulin lorsque l’incendie éclata. C’est un cultivateur qui passait sur la route, vers 5 heures du matin, qui aperçut les flammes et qui s’empressa d’en avertir les employés ». Devant le progrès de l’incendie, les pompiers de Saint-Pie ont dû demander de l’aide de Saint-Hyacinthe et Saint-Césaire. Heureusement, l’incendie fut maîtrisé et les dommages restreints à ce périmètre.


Dans l’édition de la semaine suivante, on peut lire que « du haut de la chaire, monsieur le vicaire Breton invita les cultivateurs à prêter leur concours pour aider à nettoyer le terrain à la suite du gros incendie qui a détruit le moulin à farine de M. Antoine Guertin la semaine dernière. Depuis lundi, les gens s’acharnent au travail et, si la température le permet, les travaux de reconstruction vont commencer dans les plus bref délais ».


L’origine de cette installation, située dans le quadrilatère formé par les rues Roy, Sainte-Cécile et Saint-Joseph, remonte à 1935, année à laquelle M. Guertin achète un terrain qui longe la voie ferrée appartenant au Canadien Pacifique. Après le feu de 1943, il fait reconstruire une nouvelle meunerie au même endroit. Les années qui suivent sont marquées par divers agrandissements. Natif de Saint-Pie, Luc Cordeau, directeur du Centre d’histoire, se rappelle même que durant les années 1960, des maisons ont été expropriées sur les rues Sainte-Cécile et Roy afin de permettre l’agrandissement des installations de la meunerie.


Bien que la bâtisse fût inoccupée au moment du feu de mercredi soir dernier (20 mars), la disparition des vestiges de la meunerie Guertin laissera sans contredit un immense vide dans le paysage saint-pien.


Photographies
1- Incendie de la meunerie Guertin en octobre 1943.
    Collection : Luc Cordeau.
2- Ancienne Meunerie Guertin en 2002.
    CH415 Fonds Visages de la MRC des Maskoutains,
    Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe.


Vincent Bernard, historien.
21 mars 2019.