Bientôt, la coupe Telus 2020 (1)


Dans quelques semaines, la ville de Saint-Hyacinthe sera l'hôte du championnat canadien de hockey midget. Ce tournoi qui se déroulera du 20 au 26 avril 2020, mettra en scène les meilleures équipes de hockey midget au pays. « L’équipe hôte des Gaulois a pris part aux tournois de 2003 et de 2010, terminant deuxième et quatrième respectivement, alors que l’équipe était connue comme les Gaulois du Collège Antoine-Girouard. Des équipes représentant les régions Atlantique, Centrale, Ouest, Québec et Pacifique se joindront à l’équipe hôte lorsque le tournoi se mettra en branle en avril ». 


Afin de souligner la présentation de cet événement majeur, le Centre d'histoire prépare actuellement une exposition virtuelle sur l'histoire du hockey à Saint-Hyacinthe. Aujourd'hui, on vous présente un texte écrit par le chercheur Paul Foisy sur un fait saillant de la saison hivernale 1935-1936 à Saint-Hyacinthe.


Qui est le meilleur joueur de hockey ? 


Le 17 janvier 1936, à la page une de l’hebdomadaire Le Clairon, on pose la question suivante :  Qui est le meilleur joueur de hockey?  Les lecteurs sont invités à répondre à cette question en remplissant un bulletin de vote à cet effet.


Le concours est organisé à la demande du club de hockey Canadien de Montréal.  L’article du Clairon reprend quelques passages d’une lettre de M. Roland Beaudry, rédacteur sportif du journal Canada et membre du comité de sélection mis sur pied par le Canadien.  « Vous avez sans doute appris que, dans le but de se trouver des recrues, le Club de Hockey Canadien veut donner une chance aux joueurs de hockey de toute la province […]  Comme vous êtes plus que nous au courant des conditions de chez-vous, vous seriez bien bon de m’indiquer de quelle façon, selon vous, il serait préférable de faire le choix d’un joueur de vos environs qui viendra représenter votre localité à la joute des candidats du Canadien dimanche soir, 1e mars prochain au Forum. »



Les dirigeants du Clairon proposent à M. Beaudry d’organiser un vote populaire afin de déterminer qui est le meilleur joueur de hockey de la région. Celui-ci se dit d’accord avec cette formule parce que « cela permet un choix qui fasse que personne ne se trouve lésé dans ses droits. »  Le concours débute le 17 janvier et se termine le 27.


Le Canadien de Montréal
À cette époque, le Canadien cherche de nouveaux talents, car sa situation n’est pas rose. La  flanelle n’est pas encore sainte !  En effet, au cours des années 1930, alors que la population doit faire face à une crise économique grave, la situation du hockey à Montréal n’est pas au mieux. Au cours des années de crise, on dénote une baisse des assistances dans tous les amphithéâtres du circuit et le Canadien n’est pas épargné.


De plus, deux clubs représentent Montréal au sein de la ligue. Bien des gens ont entendu parler des Maroons de Montréal. En 1936, ce club ayant l’appui du public anglophone depuis la saison 1924-1925, est encore actif. Dès la première saison des Maroons, une grande rivalité s’installe alors entre les deux clubs montréalais.  Avec la crise économique, ils doivent se partager un marché de plus en plus restreint et on se demande dès lors quel est le club qui disparaîtra. Mais si le Canadien a survécu, ce n’est pas uniquement le rendement du club sur la glace qui en est la cause. Malgré la faiblesse des Maroons à leur dernière saison en 1937-1938, une décision d’affaires est prise et elle repose en grande partie sur la composition ethnique de Montréal. La population étant majoritairement francophone, on juge qu'il faut garder le club francophone en opération. 


Par ailleurs, en 1936, la situation du Canadien n’est guère reluisante sur la glace. Howie Morentz, le Maurice Richard de l’époque, a été échangé quelques années auparavant. Le tricolore n’a pas remporté la Coupe Stanley depuis la saison 1930-1931.  Voyons ce qu’en dit les auteurs Turowetz et Goyens à la page 69 de leur ouvrage Les Canadiens de 1910 à nos jours : « Pendant la Dépression, les deux équipes connaissent des problèmes financiers, mais les Canadiens étaient dans la situation la plus désespérée.  Équipe médiocre et presque sans direction, les Canadiens s’habituaient à jouer pour une assistance d’au plus deux mille personnes et perdaient beaucoup d’argent. » 


C’est donc dans l’espoir de dénicher quelques bons joueurs talentueux que les dirigeants des Habitants organisent cette partie regroupant les meilleurs joueurs de la province. 


Le concours du meilleur joueur
Dans son édition du 24 janvier, le Clairon publie de nouveau le bulletin de vote afin de trouver le meilleur joueur.  Fait étonnant, il donne également les résultats préliminaires du scrutin !  « À l’heure actuelle, les votes se divisent comme suit entre les deux principaux concurrents :  Rolland Bibeau, 152; Oscar Aubuchon, 149. Il y aussi de nombreux votes pour Roméo St-Roch, Bernard Blanchard et autres joueurs. » 


La semaine suivante, les résultats finaux sont connus et c’est le jeune Rolland Bibeau qui remporte le suffrage. En obtenant 318 votes, Rolland, le frère de Léo Bibeau, est élu avec une mince majorité, soit douze votes de plus qu’Oscar Aubuchon. « Il est évident qu’Aubuchon est un joueur qui a plus d’expérience que Bibeau dans le hockey et un joueur dont la carrière est plus avancée que celle de Bibeau. »  Le rédacteur sportif du Clairon explique alors qu’Aubuchon joue déjà pour le club Canadien Senior et qu’il est tout près d’obtenir sa chance avec le grand club. On voulait ainsi donner l’occasion à un plus jeune joueur de faire sa marque auprès du Canadien.


Pour cette fameuse joute des candidats du Canadien, des excursions vers Montréal s’organisent d'un peu partout en province pour assister à la rencontre. Un uniforme spécial est remis aux joueurs qui sont divisés en deux clubs d’égale force. Plus de 32 joueurs provenant de 25 municipalités du Québec participent à la joute. Rencontré vers la fin des années 1990, M. Bibeau affirmait alors que les souvenirs de cette partie étaient très loin. Cependant, il se rappelle qu’il avait éprouvé une grande nervosité lors de ce match.


Avec la liste des joueurs présents, nous avons fouillé dans les archives de la Ligue Nationale de Hockey. Malheureusement, il semble qu’aucun participant ne soit parvenu à jouer avec une équipe de la ligue.


Aujourd'hui, il serait intéressant de se poser la même question :  Qui a été le meilleur joueur de hockey de Saint-Hyacinthe ?


Image:
Le Clairon 17 janvier 1936, p. 1. Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe.


Paul Foisy, février 2020.