Albéric Marin, médecin dermatologue,
héros de guerre ( 4 )


Luc Cordeau
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 24 mai 2006.


Albéric Marin est également professeur de dermatologie à la Faculté d’art dentaire de l’Université de Montréal; président du Conseil médical de l’Hôpital Notre-Dame, en 1938; consultant en dermatologie à l’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu, de 1932 à [1960], et à la Crèche d’Youville, à Montréal; expert des commissions provinciales et fédérales des accidents du travail pendant plusieurs années; membre fondateur de la « The Montreal Dermatological Society », en 1930; président fondateur de l’Association des Dermatologistes et Syphiligraphes de la Province de Québec, de 1950 à 1954; président de la Canadian Association of Dermatology and Syphilology, et de la Société médicale de Montréal; membre de la British Association of Dermatology and Syphilology; de la Canadian Medical Association; de l’Atlantic Scaboard Dermatological Conference (USA); de l’Association des Dermatologues de langue française (France), et de la Société française de dermatologie et de syphiligraphie (France). Il est reconnu « fellow » par l’American Academy of Dermatology and Syphilology.


Albéric Marin est un des présidents et directeurs de l’Union médicale du Canada, périodique dans lequel il publie près de 100 articles au cours de sa carrière. Ce chercheur et auteur prolifique, a collaboré à plusieurs importants travaux scientifiques, notamment, dans l’Encyclopédie Médico-Chirurgicale française, Paris, 1937; le Précis de physiothérapie dermatologique, Paris, 1931; le Manuel pratique de dermatologie en deux volumes, Paris, 1932. Au cours de la seule année 1943, le docteur Marin signe, tantôt avec des collaborateurs, 23 travaux et publications. Le 4 septembre 1958, Albéric Marin est nommé Professeur émérite par le Conseil de la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal.


Ses loisirs
Le docteur Marin pratique plusieurs sports : tennis, crosse, squash, golf, équitation, hockey, ski, raquette, navigation. Artiste, il passe beaucoup de ses temps libres à recouvrir les livres de sa riche bibliothèque de cuir repoussé qu’il travaille lui-même. Cultivé, érudit, il est au courant de tout. Collaborateur du journal étudiant de l’Université Laval à Montréal, L’Étudiant, en 1914-1915, sous le pseudonyme Rikan, il est membre-fondateur de la société littéraire montréalaise « le Casoar », fondée en 1916, qui renaîtra en 1925, après plusieurs années d’arrêt, sous le nom de « Casoar-Club », qui compte notamment parmi ses membres des journalistes, des artistes, des avocats et des médecins.



In Memoriam

Journal La Presse, lundi, 19 décembre 1960 : « Mort du docteur A. Marin. Une brillante carrière a pris fin tôt samedi matin avec la mort soudaine du docteur Albéric Marin ». Il est décédé à l’Hôpital Notre-Dame à la suite d’une crise cardiaque à l’âge de 67 ans et 9 mois. Exposé au Salon des Gouverneurs de l’Hôpital Notre-Dame de Montréal, des soldats du 22e Régiment montent la garde près de la dépouille mortelle. Le Ministre canadien de la Défense avait ordonné des funérailles militaires en hommage au héros de la Guerre 1914-1918. Le mercredi 21 décembre, à 8h15, le cercueil du docteur recouvert du drapeau, de son épée et de son képi, est monté sur un fourgon et transporté à l’église Notre-Dame de Montréal pour le service funèbre célébré à 9 heures.
Par la suite, la dépouille est transportée à l’église de Saint-Pie de Bagot où, après un Liberia, le docteur est inhumé au cimetière de l’endroit dans le lot familial, à la suite d’une imposante cérémonie du « Dernier repos » en présence de militaires du 22e Régiment de Montréal. D’Ottawa, la famille reçoit un télégramme du Gouverneur Général du Canada, Georges Vanier : « J’apprends avec infinie tristesse la mort de mon vieil ami le docteur Albéric Marin qui au risque de sa vie, pendant que le 22e Bataillon attaquait le 28 août 1918, est venu panser mes blessures ». Au moment de son décès, le docteur n’était pas encore retraité. Deux jours avant sa mort, il était à son bureau de consultation.


Le docteur Paul Poirier, dans sa notice nécrologique concernant Albéric Marin, parue dans L’Union médicale du Canada, de  Février 1961, rend hommage au docteur notamment en ces quelques mots : « Marin fut chez nous un pionnier de la Dermatologie et, à mon avis, le plus grand dermatologiste. Il fut un grand Universitaire, un grand Patron, un grand Canadien! ». En 1981, le nom du docteur capitaine Albéric Marin a été donné à un nouveau parc pour convalescents adjacent à l’Hôpital militaire de Valcartier, Québec.


L’épitaphe de la pierre tombale se lit comme suit : « docteur Albéric Marin - 1893-1960 – médecin – professeur émérite – capitaine du Royal 22e régiment 1914-1918 – croix militaire (avec agrafe) – chevalier de la Légion d’honneur (militaire) ».



Photo:
Pierre tombale d’Albéric Marin.
Cimetière de Saint-Pie, Pierrette Brière, 2014.


Cet article est le dernier d'une série de quatre.


<< Article 1