Louis-Antoine Dessaulles,
1849-1857


Voici quelques faits marquants de l'histoire maskoutaine lorsque Louis-Antoine Dessaulles était maire de Saint-Hyacinthe. Cet homme, fils du seigneur Jean Dessaulles, est le premier maire de Saint-Hyacinthe. Pour en apprendre davantage sur le personnage, nous vous suggérons deux textes :



 


Louis-Antoine Dessaulles, maire de Saint-Hyacinthe de 1849 à 1857
Le premier maire de Saint-Hyacinthe, un grand exilé! par André A. Bourgeois


 


Qu’est-il advenu d’important dans notre ville pendant le séjour de Louis-Antoine Dessaulles à la mairie de Saint-Hyacinthe?  Voici quelques éléments d'histoire de la ville, de notre histoire!



6 octobre 1849
C’est la création et l’incorporation de la municipalité du Village de Saint-Hyacinthe. Lors des premières élections municipales qui se déroulent le 13 et 14 novembre 1849, Louis-Antoine Dessaulles, Narcisse Létourneau, Léonard Boivin, Célestin Parent, François Monnet, Pierre Solis, Georges F. Barns sont élus et forment le conseil municipal lors de leur assermentation qui se tient du 21 au 24 novembre. Ces derniers désignent Louis-Antoine Dessaulles comme premier maire de Saint-Hyacinthe.  


 


Lisez les textes de Luc Cordeau à propos de ces faits historiques.


 


10 août 1850


« Saint-Hyacinthe obtient le statut de ville en 1850, un titre que détiennent seulement quatre autres municipalités avant 1855 : Montréal, Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke (1). » 


 


8 juin 1852


Le diocèse de Saint-Hyacinthe voit le jour. (2) C'est un jalon important pour l'histoire de notre ville qui compte plusieurs communautés religieuses.


 


Lisez un texte sur l’érection du diocèse de Saint-Hyacinthe, par Paul Foisy


 


24 février 1853
Parution de la première édition du journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe. Le journal de douze pages est rédigé à la main. Aujourd’hui, Le Courrier le plus vieux journal francophone publié en Amérique.


 


Site internet du journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe.


 


8 septembre 1853


Situé auparavant où l’on retrouve la cathédrale de Saint-Hyacinthe aujourd’hui, le Séminaire de Saint-Hyacinthe ouvre ses portes sur son emplacement actuel. Les terres sont données au Séminaire par François Cadoret, un marchand de Saint-Hyacinthe.


 


Consultez un texte sur François Cadoret par Pierrette Brière et Paul Foisy.


 


17 mai 1854


Un grand feu survient à Saint-Hyacinthe. Selon un article du journal La Minerve du 18 mai 1854 à la page 2, il y aurait de 20 à 30 maisons qui ont été la proie des flammes. « Un incendie s’est déclaré hier, à 1 heure P. M., à St-Hyacinthe. L’Hôtel Pajeau, maintenant occupé par l’imprimerie du « Courrier de St-Hyacinthe », la résidence du Dr Bouthillier, la cathédrale et l’évêché sont réduits en cendres. […] Le feu se déclara chez M. Clarke, près des moulins. Il fut transporté par le vent jusqu’à l’Évêché. »


 


Lisez un texte sur le feu de 1854 par Albert Rémillard.


 


Février 1856


La Corporation de Saint-Hyacinthe fait un appel de soumissions « pour transporter la halle actuelle du marché et la reconstruire solidement de la même grandeur et des mêmes dimensions sur le terrain du marché à foin », indique un avis public publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 22 février 1856. 


 


27 mai 1856
Après de déménagement de la halle de bois du marché, on procéde au début de la construction du marché en briques. « Ce soir, à quatre heures, une cérémonie intéressante doit avoir lieu à St. Hyacinthe. Cette cérémonie fera époque dans l'histoire de notre ville, puisqu'elle rappellera un grand progrès qui se sera accompli pour elle cette année. Il s'agit de la pose de la première pierre de notre marché neuf. » (3) Lors de cette cérémonie, on insère dans la pierre angulaire un certain nombre d'informations pour les générations futures. On y trouve le chiffre de la population de Saint-Hyacinthe en date de juillet 1855; une copie de l'acte d'incorporation de la ville de Saint-Hyacinthe; une copie du Courrier de Saint-Hyacinthe; les noms des membres et des officiers de la corporation municipale, les noms des commissaires d'écoles; la date de construction des premiers égouts de la ville; les noms de l'évêque et des prêtres de l'évêché et les noms des directeurs du collège de Saint-Hyacinthe. Malheureusement, cette capsule temporelle est partie en fumée lors du grand incendie du 3 septembre 1876.


 


Photo :
Louis-Antoine Dessaulles. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH478.


 


(1) Mongrain, Guy. « Les affaires municipales ». Saint-Hyacinthe 1748-1998. Les Éditions du Septentrion, 1998, p. 93.
(2) Leblanc, Diane. Le Séminaire de Saint-Hyacinthe. Deux siècles d’histoire, 200 ans d’éducation (1811-2011), Corporation du Séminaire de Saint-Hyacinthe, 2011, p. 96.


(3) Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 27 mai 1856, p. 2.


 


Ce texte est le premier d’une grande série à suivre.




Prochain texte: Maurice Laframboise


 


Paul Foisy, mars 2020.