François Cadoret (1809-1883)


François Cadoret est né à Saint-Hyacinthe le 5 décembre 1809 de l’union de Pierre Cadoret, cultivateur, et de Josephte Glaude dit Labossière. En 1819, alors qu’il n’a pas encore ses dix ans, il se retrouve orphelin de père et de mère. Le jeune François est recueilli par le seigneur Jean Dessaulles et son épouse Rosalie Papineau  qui est reconnue pour sa grande bonté.

Cinq ans plus tard, en 1824, il entre au collège de Saint-Hyacinthe qui est devenu le Séminaire de Saint-Hyacinthe par la suite. Bien que cet élève doué mérite un lauréat en langue anglaise, il ne peut compléter son cours classique faute de moyens financiers. L’aide de la famille Dessaulles lui permet de s’installer à Montréal pour y travailler comme commis chez un marchand anglais.

Un marchand prospère
En 1834, le seigneur Dessaulles appuie son protégé à nouveau en lui concédant un lot situé à l’angle des rues Cascades et Saint-François. Cet emplacement de choix situé Place du marché permettra au nouvel entrepreneur de faire du commerce  dans une municipalité en plein essor. C’est donc en plein cœur de la ville que le marchand aménage son propre magasin de généralités.

À cette époque où le chemin de fer ne dessert pas encore Saint-Hyacinthe, François Cadoret fait de longs voyages en voiture à Montréal chaque semaine pour approvisionner son commerce, indique C.-P. Choquette dans son Histoire de la ville de Saint-Hyacinthe. Ses efforts seront couronnés de succès, car les « nouveautés » qu’il met en vente plairont à sa clientèle. 

Année après année, François Cadoret achète des terrains à Saint-Hyacinthe, mais également à Sainte-Rosalie et Saint-Dominique. Une partie de sa fortune provient d’ailleurs de transactions foncières dans ces municipalités rurales.

Un bonheur éphémère
François Cadoret, né de parents peu riches, occupe une position enviable dans la société maskaoutaine lorsqu’il franchit la trentaine. Il épouse Marie Louise Plamondon, de Saint-Hyacinthe, en juin 1839, puis, en mai 1840, une petite fille viendra agrandir la famille.

Mais le bonheur est bien éphémère, car l’enfant décède onze mois plus tard. De plus, des ennuis de santé ne permettront pas à Mme Cadoret d’avoir d’autres enfants. Elle rend l’âme à l’âge de 28 ans au mois de mai 1847.


Un homme généreux
En 1846, François Cadoret annonce qu’il fait don d’une terre aux administrateurs du collège de Saint-Hyacinthe qui cherchent un nouvel emplacement. On y construit le Séminaire de Saint-Hyacinthe qui accueille ses premiers étudiants en 1853. Cet élan de générosité se poursuit avec les Sœurs de La Présentation de Marie lorsque le marchand leur cède du terrain pour y bâtir leur maison-mère qui ouvre ses portes en 1876.

Désormais seul dans la moitié de sa vie, François Cadoret consacre ses temps libres aux œuvres de bienveillance. Pendant de nombreuses années, il participe activement au bazar de l’Hôtel-Dieu. On fait également appel à ses services pour décorer les églises et les chapelles lors des fêtes nationales ou lors de processions religieuses.

Cet homme de goût, apprécié de tous pour sa grande générosité, pousse son dernier soupir le 10 février 1883 comme l'indique Pierrette Brière dans le titre d'ascendance publié ci-dessous. 


***


TITRE D’ASCENDANCE


Pierre Cadoret
Barbe Deslauriers
En France


Georges Cadoret
Immigrant, originaire de Vannes (Saint-Pierre), département Morbihan (56), Bretagne, France
Barbe Boucher (Pierre et Marie Saint-Denis)
Mariés à Château-Richer, le 22 avril 1686


Jean-Baptiste Cadoret
Geneviève Moreau (fille de Louis et Élisabeth Gagnon)
Mariés à Pointe-de-Lévy (Lauzon), le 11 février 1709


Jean-Baptiste Cadoret
Élisabeth Marchand (fille de Louis et Marie-Jeanne Bourassa)
Mariés à Pointe-de-Lévy (Lauzon), le 21 novembre 1746


Pierre Cadoret
Josephte Labossière (Jean-Baptiste et Marie-Josephte L’Irlande)
Contrecoeur, le 28 janvier 1805


François Cadoret
Né à Saint-Hyacinthe, le 5 décembre 1809
Décédé à Saint-Hyacinthe, le 10 février 1883
Marié à Saint-Hyacinthe (Notre-Dame-du-Rosaire), le 25 juin 1839
À Marie-Louise Plamondon (fille de Michel et Marguerite Jeannot)


 


Illustration: 
François Cadoret selon le peintre Théophile Hamel. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH193.

Un article de Pierrette Brière, généalogiste agrée et Paul Foisy, décembre 2019.