Le Centre d'histoire, un organisme savant


À ses débuts, le Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe était une filiale de l'Association francophone pour le savoir connue sous le nom d’ACFAS. Nous profitons du fait que cette association tient cette semaine son 86e Congrès à Chicoutimi pour vous faire connaître une facette méconnue de l'histoire maskoutaine.


Fondée en 1923, l’ACFAS, qui était alors l’acronyme pour l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences « est créée par la fédération de onze sociétés savantes : biologie, médecine, physique, génie, chimie, histoire naturelle, mathématique, astronomie, histoire, économie politique et philosophie », stipule le site internet de l'organisme. Il est intéressant de noter que le Centre d'histoire était une filiale de cet organisme.


En effet, lors de ses premières années d'existence, la Société d'histoire régionale de Saint-Hyacinthe qui est devenue, en 2004, le Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, a publié un certain nombre d'ouvrages historiques regroupés dans une collection portant le nom de Documents maskoutains.


Lorsque l’on consulte le numéro 13, publié à la fin de l'année 1941, on peut lire que le Dr J.-B. Richard fait le résumé du neuvième Congrès de l'ACFAS tenu à la Station des Recherches forestières de Duchesnay du 30 août au 1er septembre 1941. Le Dr Richard fut un membre fondateur et premier vice-président de la Société d'histoire à l'époque. Le Dr Richard qui a beaucoup écrit sur la région de Saint-Denis, débute son texte ainsi : « La Société d’histoire régionale de St-Hyacinthe, filiale de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences (l’ACFAS), m’invitait le 31 juillet, d’aller la représenter au neuvième congrès de cette association qui devait se tenir à la station de Recherches forestières de Duchesnay, du 30 août au premier septembre 1941. » Il poursuit son texte en faisant le résumé du Congrès, ce qui pour nous est un témoignage de première main, puisque le Centre d’histoire possède le manuscrit original de cette publication.


C'est donc dire qu'à ses débuts, le Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe était considéré comme une société savante. Savante dans le sens qu'elle contribuait à l'enrichissement des connaissances historiques de Saint-Hyacinthe, de la région et du Québec en général.


Au fil des ans, notre mandat que l'on peut résumer en quelques mots est toujours le même et se décline en deux parties. La première est d’acquérir, de classifier et de conserver les archives et les objets provenant des personnes ou des organismes désirant assurer leur conservation afin de les rendre accessibles. La seconde est de faire la promotion de l'étude de l'histoire de la ville et de la région de Saint-Hyacinthe.


Pour ce faire, nous mettons toutes les ressources à notre disposition afin de réaliser nos missions. Nous traitons et conservons les archives et les objets selon les normes en vigueur, nous répondons à notre clientèle et à nos membres avec professionnalisme et nous mettons à profit tous les outils de recherche disponibles pour valider et découvrir des faits historiques concernant la ville de Saint-Hyacinthe et sa région.


En résumé, le Centre d’histoire demeure encore aujourd’hui une société savante où le professionnalisme est de rigueur! Qu’on se le dise!


Paul Foisy, mai 2018